GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Reconnaissance faciale en France: la Cnil dit oui à l'expérimentation mais dans un cadre strict
    • L'Irak «ne sera plus le même» après la contestation (ayatollah Sistani)
    • La justice française remet en liberté Vincenzo Vecchi, réclamé par les autorités italiennes
    • Pékin accuse Londres de «jeter de l'huile sur le feu» après l'agression d'une ministre hongkongaise
    • Chutes de neige en France: 300 000 foyers privés d'électricité dans quatre départements (Enedis)
    • Le président lituanien gracie deux espions russes (officiel)
    • Chili: près de 200 manifestants éborgnés par les forces de l'ordre depuis le début de la crise sociale (INDH)

    Italie: dix vaccins obligatoires pour les enfants

    30 millions de filles dans plus de 40 pays devraient être vaccinées d'ici à 2020. Joe Raedle/Getty Images/AFP

    L’Italie rend obligatoires dix vaccins. Ils seront nécessaires pour pouvoir inscrire les petits - de 0 à six ans- à la crèche ou à l’école maternelle, dès la rentrée prochaine. Le décret-loi du gouvernement, règlementant les nouvelles mesures, pourrait être adopté dès ce jeudi par le Sénat. Étape essentielle pour le feu vert définitif attendu pour fin juillet.

    de notre correspondante à Rome,

    Ce qui a poussé le gouvernement italien à adopter de nouvelles mesures de prophylaxie, officiellement c’est avant tout la recrudescence de cas de rougeole. Une maladie virale qui peut avoir des conséquences très graves. Voire entraîner la mort. Sur le nombre total de cas recensés en Europe, depuis le mois de janvier, 43 % l’ont été en Italie. Or, jusqu’à présent les vaccins contre la rougeole, les oreillons, la rubéole ou la varicelle n’étaient que recommandés.

    Désormais, outre ces vaccins, ceux contre la polio, la diphtérie, le tétanos, l’hépatite B, la coqueluche et l’hémophilie de type B, seront obligatoires pour inscrire un enfant à la crèche ou à l’école maternelle. Si à l’âge de 6 ans, l’enfant n’est toujours pas vacciné, il pourra quand même être inscrit à l’école primaire, d’autant qu’elle est obligatoire. Mais ses parents devront s’acquitter d’une amende pouvant atteindre 3500 euros.

    Un coût de 415 millions d’euros pour 2017- 2019

    Les vaccinations obligatoires seront gratuites, tout comme celles qui sont conseillés, notamment contre la méningite B et C et la pneumonie. Selon les estimations du ministère de la Santé 800 000 enfants devraient être vaccinés au cours des prochains mois. Le gouvernement prévoit une dépense de 415 millions d’euros pour la période 2017- 2019. En outre les opérateurs du secteur scolaire et médical devraient aussi mettre à jour leur carnet de vaccinations. Mais pour eux, aucune couverture financière de l’État n’est prévue pour le moment. Donc pas d’obligation formelle.

    Les Italiens mécontents

    Des dizaines de manifestations regroupant des milliers de familles ont eu lieu dans différentes villes au cours des derniers mois. Et depuis deux jours, le bâtiment qui abrite le Sénat est entouré du matin au soir de parents et grands-parents. Tous déterminés à ne pas ne pas accepter des mesures qu’ils jugent coercitives et incompatibles avec la Constitution italienne.

    Certains sont anti-vaccins et parmi eux beaucoup font part de leur peur quant aux risques d’effets secondaires. D’autres refusent non pas les vaccins, mais l’idée même de l’obligation. Concernant les forces politiques, il y a un accord entre la droite modérée et le centre gauche mais le Mouvement 5 étoiles estime que les vaccinations obligatoires sont un cadeau royal aux multinationales pharmaceutiques. Et la Ligue du Nord se montre divisée. Une certitude : les Italiens sont généralement mal informés. Pour résoudre cette question, plus de transparence, plus de formation continue des médecins sur la vaccination, et des campagnes institutionnelles semblent absolument indispensables.


    Sur le même sujet

    • France

      France: l'extension des vaccinations obligatoires sur enfants crée des remous

      En savoir plus

    • Accents d'Europe

      Des parents italiens dénoncent la vaccination obligatoire contre la rougeole

      En savoir plus

    • Priorité santé

      La vaccination

      En savoir plus

    • Afrique / Polio

      Afrique: vaste campagne de vaccination pour éliminer la polio

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.