GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Cameroun: «Pour nous la thèse de la noyade de Mgr Bala n’est pas la vérité»

    Samuel Kléda, archevêque de Douala au Cameroun cameroonvoice.com

    Un mois et demi après la mort de l'évêque Jean-Marie Benoit Bala, l'église camerounaise a procédé à l'identification de la dépouille mortelle. L'évêque de Bafia avait été retrouvé mort dans une rivière. Un décès suspect autour duquel s'opposent l'Eglise et le procureur. Ce dernier a assuré n'avoir relevé aucune trace de violence. Il a conclu à une mort probable par noyade, alors que la Conférence épiscopale parle d'un assassinat. La conférence épiscopale a donc décidé de se constituer partie civile et de déposer plainte contre X dans les prochains jours.

    Pourquoi cette démarche ? Et quelles sont les questions que se pose l'Eglise aujourd'hui ? Pour en parler, notre invité est l'archevêque de Douala, Monseigneur Samuel Kleda, président de la Conférence épiscopale du Cameroun.

    « C’est bien le corps de Monseigneur Bala et nous avons laissé le corps à l’hôpital général de Yaoundé. Les obsèques n’auront pas lieu avant la fin du mois d’août, car nous voulons prendre certaines dispositions, nous ne sommes pas satisfaits de la dernière déclaration disant que Mgr Bala serait mort par noyade probable mais cela ne nous convainc pas. Et pour cela, nous nous sommes constitués partie civile pour que l’enquête se poursuive et nous allons porter plainte… Si Mgr Bala s’était noyé, il y aurait eu des traces d’eau dans le corps mais il n’en est rien, par contre le corps portait des traces de violences le jour où on l’a récupéré… C’est le deuxième évêque assassiné au Cameroun et dans le premier cas, on n'a jamais connu la vérité… Pour nous la thèse de la noyade n’est pas la vérité. »


    Sur le même sujet

    • Invité Afrique

      Mgr Samuel Kleda (archevêque de Douala): «Ce que nous voulons c’est la justice»

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.