GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Août
Lundi 14 Août
Mardi 15 Août
Mercredi 16 Août
Aujourd'hui
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    L’addition salée des Championnats du monde de natation à Budapest

    Nage synchronisée au 17e championnat du monde de natation à Budapest en Hongrie, le 21 juillet 2017. REUTERS/Stefan Wermuth

    Les Championnats du monde de natation se déroulent actuellement en Hongrie. Quelque 2500 athlètes venus du monde entier s’affrontent jusqu’au 30 juillet sur plusieurs sites répartis entre Budapest et le lac Balaton.

    de notre correspondante à Budapest,

    Le gouvernement hongrois a investi un budget pharaonique dans ces Mondiaux de natation dont il a voulu faire le plus bel événement sportif jamais vu en Hongrie. Pour la cérémonie d’ouverture, les spectateurs ont donc eu droit à un spectacle grandiose, au bord du Danube: deux heures de show, 500 artistes sur scène, des jets d’eau et des jeux de lumière sur le château de Budapest qui surplombe le fleuve.

    Il y a bien eu quelques couacs dans l’organisation. La vedette anglaise, la chanteuse Emeli Sandé a annulé sa venue. Et puis une dizaine d’anciens champions olympiques hongrois qui devaient participer à la cérémonie ont été décommandés au dernier moment, le metteur en scène leur ayant dit qu’il n’avait plus besoin d’eux. Ils se sont sentis très humiliés...

    Mais il y avait tout de même foule sur les quais du Danube pour ce spectacle qui a coûté la bagatelle de 11 millions d’euros. Soit 90.000 euros la minute.

    L'addition de ces championnats ?

    Elle est déjà de 550 millions d’euros, un chiffre qu’il faudra sans doute réviser à la hausse. On est loin de la compétition à bas coût qu’avait promis Budapest. Le budget initial a déjà été multiplié par 6 !

    Le Premier ministre Viktor Orban ne regarde pas à la dépense. Il faut dire qu’une partie des investissements avaient été prévus parce que Budapest avait posé sa candidature aux Jeux olympiques de 2024. La capitale hongroise avait ses chances, au côté de Paris et de Los Angeles. Mais Viktor Orban a préféré saborder cette candidature. Pour éviter un référendum où les Budapestois auraient peut-être voté contre l’organisation des jeux dans leur ville.

    Et puis ce championnat fastueux est aussi un moyen d’effacer l’humiliation subie récemment par l’équipe de foot hongroise qui s'est fait battre par Andorre. La honte absolue, alors que Viktor Orban a investi des millions dans des stades de foot, et dans une académie qui forme des champions du ballon rond.
     
    Que pensent les Hongrois de ces dépenses faramineuses ?

    Les Hongrois sont divisés. Beaucoup sont très contents d’assister aux compétitions et jugent l’organisation magnifique. Il y a d'ailleurs foule autour des bassins, notamment pour les épreuves de water-polo, discipline dans laquelle excellent les Hongrois.

    D’autres trouvent l’addition beaucoup trop salée. Ils savent que ces dépenses extravagantes profitent surtout au clan qui est au pouvoir. Car ce sont des entrepreneurs proches du régime, voire même des ministres, qui ont remporté de très gros contrats pour l’organisation de ces championnats.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.