GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Octobre
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    La romancière française Marie Ndiaye

    Marie Ndiaye. © RFI/Sébastien Bonijol

    Marie Ndiaye est l'auteure d'une vingtaine de livres, romans, nouvelles et pièces de théâtre. Lauréate du prix Femina en 2001 pour Rosie Carpe, elle été récompensée par le Goncourt pour Trois femmes puissantes en 2009. Une de ses pièces, Papa doit manger, est entrée au répertoire de la Comédie-Française.

    Elle est invitée pour parler de son nouveau roman intitulé La Cheffe, roman d'une cuisinière, publié aux éditions Gallimard.
    (Rediffusion du 6 novembre 2016).

    «Elle trouvait excessives les louanges dont on s’est mis à couvrir sa cuisine.
    Elle comprenait les sensations puisqu’elle s’appliquait à les faire naître, n’est-ce pas, et que leur manifestation sur la figure des convives l’enchantait, c’est tout de même bien ce à quoi elle s'évertuait jour après jour, depuis tant d’années, presque sans repos.
    Mais, les mots pour décrire tout cela lui paraissaient indécents
    .» (extrait)

    Le narrateur raconte la vie et la carrière de la Cheffe, une cuisinière qui a connu une période de gloire, dont il a longtemps été l’assistant – et l’amoureux sans retour. Au centre du récit, la cuisine est vécue comme une aventure spirituelle. Non que le plaisir et le corps en soient absents, au contraire : ils sont les instruments d’un voyage vers un au-delà – la Cheffe allant toujours plus loin dans sa quête d’épure.
    Les phrases de Marie Ndiaye se déploient lentement, comme pour envelopper le lecteur avec un charme constricteur. Les replis de l’âme de chaque personnage sont explorés avec une détermination calme dans la volonté de dissoudre la pénombre des êtres. Le récit dévoile une humanité violente, claire, à la fois mélancolique et enviable.
    (Présentation de l'éditeur)


    Sur le même sujet

    • Rendez-vous culture

      Le premier opéra de Marie NDiaye: «Te craindre en ton absence»

      En savoir plus

    • Vous m'en direz des nouvelles !

      1. Marie Ndiaye

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.