GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 25 Novembre
Dimanche 26 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une: les vacances pour déconnecter ?

    Difficile de se déconnecter totalement en période estivale... Getty Images/Granger Wootz

    Décrocher, couper le lien avec le bureau, avec ses collègues, c’est un droit prévu depuis le début de l’année par le Code du travail. La Croix s’intéresse à cette question qui prend de l’importance, à mesure que les téléphones captent de mieux en mieux y compris dans les zones reculées, que les débits sont de plus en plus importants, qu’il est facile de garder le contact par courriel, SMS ou réseaux sociaux à un coût quasi nul.

    Pendant le week-end et les vacances, 78 % des cadres français consultent leurs communications professionnelles. « Tout le monde », nous dit le journal, a une « bonne raison » de ne pas décrocher : attachement, loyauté au collectif, rester dans le coup, se rassurer en se disant qu’on est indispensable. « Un enjeu qui dépasse le monde du travail ». Un sociologue du numérique, interrogé par La Croix, estime que ce problème de l’hyperconnexion pose la question de la présence à l’autre. Ne plus avoir ce fil à la patte serait devenu un luxe. Dans certaines îles des Caraïbes, on paie même très cher pour passer des vacances sans aucune connexion.

    Macron et les paparazzis

    Lui n’a pas vraiment déconnecté sur son lieu de villégiature, c’est Emmanuel Macron. On le voit dans L’Equipe en train de taper du ballon à Marseille, s’entraîner avec les joueurs de l’OM, dans la bonne humeur. Coup de com assuré pour le président de la République. D’ailleurs, nous dit Le Parisien Aujourd’hui en France, lui et son épouse Brigitte sont devenus une « cible prioritaire » des paparazzis. L’un deux d’ailleurs en fait les frais puisqu’il est la cible d’une plainte pour s’être introduit dans la propriété du chef de l’Etat. Le journal interroge une spécialiste, la rédactrice en chef du magazine people Closer. L’image que les voleurs d’image « rêvent de capturer ? » : le couple présidentiel en train de faire du ski nautique, ou de la pêche. A l’heure où les politiques ne font plus vraiment recette, la vie sentimentale de François Hollande importe peu aujourd’hui, les vacances des Sarkozy, intérêt moindre. Seule exception : on aurait envie « d’avoir des nouvelles de Pénélope Fillon ».

    Recul interdit

    Emmanuel Macron fait aussi la Une des journaux pour ces projets de la rentrée. Les emplois aidés par exemple, le système des subventions à l’embauche qui va être réformé dans le cadre de la réforme du Code du travail. « Macron veut tout remettre à plat », titre Le Figaro. « Un coup de balai ni de droite ni de gauche », explique le journal : « rompre avec ses prédécesseurs qui ont usé sans modération » de ces contrats subventionnés par l’argent public pour tenter de réduire le chômage, « avec le succès que l’on connaît », explique ironiquement Le Figaro qui veut du concret. « Le moment est propice à l’action, recul interdit ! »

    Evidemment beaucoup moins séduit par les projets du gouvernement, le journal L’Humanité pense que la mobilité et la flexibilité dans l’entreprise sont les « accélérateurs d’une économie de prédation, d’une quête permanente de rentabilité ». D’après le quotidien communiste, c’est « danser sur le volcan ». Le « volcan de la crise qui se réveille », nous dit même L’Huma. 10 ans après le début du krach en 2007, la planète finance serait toujours « en surchauffe ». Aux Etats-Unis, les étudiants, pour payer leurs études, ont accumulé une montagne de dettes pour atteindre 1 300 milliards de dollars, montant qui aurait été multiplié par deux en deux ans.

    Délabrement ou aiguillon bénéfique ?

    Les Etats-Unis font pourtant la course en tête dans le palmarès annuel des universités dans le monde (le classement de Shanghai). « Pourquoi la France cède du terrain ? », se demandent Les Echos. Huitième rang mondial, une place perdue par rapport à l’an dernier. Seulement trois établissements dans le top 100. D’après le quotidien économique, cette contre-performance s’explique en partie par les difficultés dans la mise en place des regroupements d’établissements. Le chantier de Paris-Saclay, qui doit regrouper 15 % de la recherche publique, autour notamment de Polytechnique et de Centrale, ferait du surplace.

    « Si la France peut faire mieux », pondère le journal L’Union, « elle ne doit pas culpabiliser et se recroqueviller sur soi en montrant du doigt les méchants qui lui voudraient du mal. Ces classements sont un aiguillon bénéfique pour faire mieux sans renoncer à ce qu’on est, car la fierté vient aussi de cette capacité à encaisser pour mieux rebondir et afficher sa vraie valeur. »

    Beaucoup plus sévère, Le Midi libre : « tout ou presque est à revoir dans cette pauvre Éducation nationale. Un délabrement que confirme chaque année ce classement de Shanghai. Même si ce palmarès est taillé sur mesure pour les campus américains, il montre à quel point notre enseignement supérieur est mal coté au niveau international. Et ce n’est pas la scandaleuse Admission post-bac, avec ses listes d’attente pour entrer dans certaines facultés, qui va améliorer notre image à l’étranger ».

    Une révolution pour la Ligue 1

    S’il y en a un qui fait vendre au-delà de l’Hexagone, c’est bien Neymar. La star brésilienne du PSG qui fait déjà les affaires de Canal+, nous dit Le Figaro dans ses pages économiques. Le premier match sous ses nouvelles couleurs a fait exploser les audiences de la chaîne cryptée (1 250 000 téléspectateurs), en attendant les grosses affiches. Ce match à Guingamp a été vendu dans 183 pays. Même au Brésil, on a annulé la diffusion d’un match du championnat national pour retransmettre l’événement. Cet article parle d’une révolution pour le football français professionnel. Le numéro 10 parisien devrait faire s’envoler les enchères pour les futurs droits télé.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.