GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Elections au Chili: les bureaux de vote ont ouvert
    • Séisme de magnitude 6,6 dans le Pacifique, l'épicentre à 69 km de la Nouvelle-Calédonie (USGS)
    • Kenya: au moins quatre personnes tuées dans un bidonville de Nairobi (police)
    • Inde: malgré le brouillard de pollution, le semi-marathon de Delhi a bien eu lieu
    • Zimbabwe: la ligue des jeunes de la Zanu-PF appelle Robert Mugabe à démissionner

    GoMyCode: un Tunisien de 20 ans veut former les entrepreneurs de demain

    Les élèves dans une sale de cours de l'établissement GoMyCode à Tunis. ©gomycode/Facebook

    Par Perrine Massy

    C'est l'un des succès les plus impressionnants dans le monde des start-up en Tunisie : GoMyCode. Fondée par un jeune homme de 20 ans seulement, Yahya Bouhlel, il s'agit d'une école de formation destinée à tous ceux qui souhaitent apprendre à coder et pourquoi pas monter leur propre start-up. Ouverte en janvier 2017, l'école a connu un succès immédiat, alors que le système scolaire et universitaire tunisien peine à s'adapter à l'essor de l'économie numérique.

    L'école est installée au deuxième étage d'un immeuble du quartier d'affaires des Berges du Lac, à Tunis. Dans un grand espace aux murs nus, une cinquantaine d'élèves travaillent devant leur ordinateur sous le regard attentif de Yahya Bouhlel, le fondateur de GoMyCode. Très précoce, le jeune homme de 20 ans raconte comment il a eu l'idée de lancer sa start-up :

    « J'ai commencé à coder à l'âge de 14 ans, et à l'âge de 16 ans j'ai fait un stage à la Silicon Valley, et j'ai vu qu'il y a des jeunes qui à l'âge de 14 ans développent des jeux vidéo, à l'âge de 19 ans font une levée de fonds de deux millions de dollars... Et cet écosystème n'existe pas en Tunisie. »

    C'est donc pour pallier ce manque que Yahya fonde GoMyCode, en août 2016. À l'époque il vient de passer son bac et n'a que 19 ans. Les cours commencent en janvier 2017 et aujourd'hui, à peine neuf mois plus tard, la start-up est rentable et fait travailler 15 personnes. Cours à temps partiel ou à temps plein, sessions d'été : l'école est ouverte à tous les passionnés, et ce dès l'âge de 8 ans.

    « Les étudiants développent de vrais jeux vidéo, de vraies applications mobiles, des sites web... De vrais produits technologiques. C'est contre le système d'éducation traditionnel qui est bloqué, qui ne bouge pas... L'école GoMyCode, c'est l'école d'aujourd'hui. »

    Une session d'apprentissage coûte environ 600 dinars, soit l'équivalent du salaire mensuel moyen en Tunisie. Mais GoMyCode propose des bourses, aux filles notamment, qui sont prioritaires, dans le but de féminiser le secteur des nouvelles technologies. Aujourd'hui l'école compte 35% de filles. À l'image de Leïla, 19 ans, qui a bénéficié d'une bourse et participe à une session d'été de trois semaines :

    « C'était par hasard, j'ai vu l'annonce, donc je me suis dit au lieu de rester à la maison à faire n'importe quoi, pourquoi apprendre à coder. »

    Ici pas de professeur autoritaire ni d'apprentissage par cœur. Mais de jeunes instructeurs, qui encouragent les élèves à être autonomes et à exercer leur esprit logique. Et cela plaît beaucoup à Bilel, 19 ans, qui lui s'est lancé dans la conception d'un jeu de cartes en ligne :

    « Si je compare avec, par exemple, en cours, c'est basé sur des règles. Alors que là on a un meilleur point de vue en fait. On voit les choses autrement et ça nous permet d'assimiler plus vite. »

    Pendant leur formation les élèves apprennent également comment créer leur propre start-up. Cela a déjà permis à certains de commercialiser leurs jeux ou leurs applications. Une fierté pour GoMyCode, qui s'impose déjà comme un incubateur de nouveaux talents.


    Sur le même sujet

    • Afrique Économie

      Tunisie: quelle ambition pour le numérique?

      En savoir plus

    • Afrique Économie

      Tunisie : faire du pays une plate-forme numérique

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.