GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
Samedi 23 Septembre
Dimanche 24 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 26 Septembre
Mercredi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Le système de riziculture intensive, ou SRI, à Bama au Burkina Faso

    Champ de riz SRI (système de riziculture intensive), à Bama. © RFI/Sayouba Traoré

    Au Burkina Faso, le secteur agricole occupe 80% de la population active pour une contribution de 30,1% au PIB. Des 6 filières agricoles, dites prioritaires identifiées par le ministère de l’Agriculture, le riz apparaît comme celui qui dispose d’un potentiel de croissance à court terme le plus élevé. Cette production rizicole occupe la quatrième place par les céréales cultivées au Burkina Faso. Pour autant, la production nationale ne couvre que 42% des besoins de la consommation nationale. On comprend donc le recours à des techniques d’intensification comme le système de riziculture intensive.

    Le SRI est une technique de culture du riz malgache inventée à Antsirabe, en 1983, par le père jésuite Henri de Laulanié, agronome de formation. Elle permet d'augmenter les rendements de façon naturelle en repiquant un par un les plants jeunes au bout de 8 jours au lieu de 30, et en asséchant la rizière régulièrement.

    Notre périple commence à Bobo-Dioulasso, au siège de Bricop Burkina, un anglicisme que l’on pourrait traduire par projet de commercialisation du riz du Burkina Faso. Bricop est une émanation de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique, plus connue sous le sigle AGRA. Fondée en 2006, AGRA a appuyé plus de 400 projets, principalement en faveur des petits agriculteurs.

    Au Burkina Faso, le projet Bricop a démarré ses activités en avril 2014, en association avec le Cabinet d’études Sicarex. Autre problème, cette prédominance nouvelle du riz dans les habitudes alimentaires s’accompagne d’une forte croissance démographique. Ce qui crée des tensions sur les marchés. Ce projet Bricop s’adresse dans la phase pilote à 20.000 petits producteurs dans les régions du Houet et du Kénédougou. L’objectif étant l’augmentation de la production, l’amélioration de la commercialisation et un meilleur accès au crédit.

     

    Invités :
    - Moussa Kaboré, chef de projet à BRICOP Burkina
    - Adama Ouédraogo, chargé du suivi-évaluation à BRICOP Burkina
    - Rosine Paré, agronome à BRICOP Burkina
    - Willy Souleymane, riziculteur, membre de la coopérative du quartier 5 de Bama
    - Ouédraogo Zakaria, riziculteur, membre de la coopérative Quatre-Un de Bama.

    Production : Sayouba Traoré
    Réalisation : Ewa Moszynski


    Sur le même sujet

    • Le coq chante

      Le bas-fond rizicole et maraîcher de Dassilamé Socé au Sénégal

      En savoir plus

    • Le coq chante

      Vulgarisation agricole à l’Office Riz de Mopti au Mali

      En savoir plus

    • Le coq chante

      Le Projet Riz Pluvial (PRP) au Burkina Faso

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.