GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 25 Novembre
Dimanche 26 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Maryse Condé: le courage d’être inconvenante

    Maryse Condé au Albert Museum de Londres, le 19 mai 2015. © AFP/ADRIAN DENNIS

    Elle est née Marise Liliane Appoline Bocoulon, le 11 février 1937 à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe. A l'âge de 16 ans, elle quitte la Guadeloupe pour poursuivre ses études à Paris, et obtient une licence en Lettres modernes à la Sorbonne. En 1960, elle épouse Mamadou Condé, un comédien guinéen. Elle part ensuite pour l'Afrique, où elle enseignera pendant douze ans dans le secondaire (Guinée, Ghana, Nigeria, Sénégal). De retour en France, elle démarre en 1972 sa carrière d'écrivain, avec notamment des pièces de théâtre et des ouvrages sur la littérature antillaise. En 1976, elle commence à écrire des ouvrages de fiction, et publie deux romans inspirés de ses expériences en Afrique, Hérémakhonon (1976) et Une saison à Rihata (1981). Puis, elle a enchaîné les productions à un rythme effréné, comme par peur de manquer de temps pour tout accomplir.

    Pour le grand public, Maryse Condé est surtout et principalement l’auteure de la saga historique Ségou. Cest un roman décrivant le lent suicide de l'empire bambara ayant la ville de Ségou pour capitale, sur deux siècles allant de la période esclavagiste (XVIIIème siècle) jusqu'à l'arrivée des troupes coloniales françaises (fin du XIXème). Composé de deux tomes, Ségou - Les Murailles de terre (1984), puis Ségou - La Terre en miettes (1985), cette première saga africaine mêle personnages et événements historiques aux péripéties d’une famille de fiction, dont la lente et multiforme décomposition annonce celle de l’Afrique libre. Le choc de l’islam, l’arrivée européenne, l’histoire sert de cadre au roman, qui est la restitution de la vie africaine avant sa dégradation

    Après son divorce d’avec son premier mari Mamadou Condé, l’auteure s’est remariée avec Richard Philcox, traducteur de nationalité britannique, et vit aujourd'hui entre New-York et Paris. On voit donc tout l’intérêt qu’il y a à lire un auteur qui fait la jonction entre les trois continents Afrique, Europe, Amérique, les trois pôles principaux de la tragédie qu’on a appelée pudiquement la diaspora, c’est-à-dire ces femmes et ces hommes arrachés aux entrailles de l’Afrique au fil des siècles.


    Sur le même sujet

    • Vous m'en direz des nouvelles !

      Les mets et merveilles de Maryse Condé

      En savoir plus

    • Idées

      1 - Maryse Condé : «La vie sans fards»

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.