GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La nouvelle vie du fleuve Dniepr

    Vue sur le fleuve Dniepr, en Ukraine, qui peut maintenant accueillir de nouveau des péniches pour la première fois depuis 2003 (Photo d'illustration). Wikimedia Commons / Petar Milošević

    Cet été, l’Ukraine s’est fascinée pour des pastèques. Ou plutôt, pour le transport de pastèques, par péniche, sur le fleuve Dniepr. C’est la première fois en 14 ans que des péniches remontent le cours du fleuve. Ça pourrait ouvrir une nouvelle page de ce cours d’eau, l’un des plus importants d’Europe.

    De notre correspondant à Kiev,

    Pendant 14 ans, il n’y avait rien sur le fleuve

    Pratiquement rien. L’infrastructure du transport fluvial, les péniches, les ports, les barges de désensablement, sont tombés en décrépitude à la fin de l’époque soviétique. Tout le transport a été redirigé vers la route. Moi personnellement, je n’y ai vu que des bateaux de plaisance et des barques de pêcheurs. Quelques péniches ici ou là, mais toujours sur des distances courtes. Pourtant, le Dniepr fait plus de 2 000 kilomètres de long, c’est l’un des plus importants d’Europe. Et c’est lui qui a justifié la fondation de Kiev comme port de commerce, au IXe siècle. Donc, revoir une barge de transport remonter 300 kilomètres, c’était un évènement en soi.

    Pour autant, personne n’avait prévu l’emballement médiatique qui allait accompagner le voyage inaugural à la fin août. Dans les médias, sur les réseaux sociaux, économistes, agriculteurs, politiques se sont tous enthousiasmés, au point de suivre la progression de la péniche au jour le jour. Même le Premier ministre Volodymyr Hroissman en a fait un objet de fierté nationale. Les internautes ont aussi suivi l’aventure avec ironie : une caricature d’Al Pacino, dans le rôle de Scarface, le montre en pleine overdose non pas de cocaïne, mais de pastèques ! Une manière aussi de souligner le trop-plein de cet emballement médiatique.

    Pourquoi des pastèques ?

    La pastèque, c’est l'une des spécialités de la région de Kherson, dans le sud de l’Ukraine. Chaque été, elle inonde les marchés de tout le pays. Comme beaucoup d’Européens, les Ukrainiens en sont friands. Mais les agriculteurs du sud de l’Ukraine ont beaucoup de soucis à la distribuer : le transport routier coûte de plus en plus cher, et les routes sont notoirement mauvaises. Plus de 10 % des pastèques sont détruites dans le transport. Et beaucoup d’agriculteurs n’essaient même pas ; 30% des pastèques d’Ukraine pourrissent dans des stocks.

    L’idée d’un transport en péniche a été rendue possible par un projet de USAID, l’agence américaine pour le développement, qui a financé et coordonné des petits agriculteurs locaux. Ils auraient économisé 40 % par rapport aux autres années grâce à ce mode de transport.

    Est-ce une entreprise qui peut se développer dans le temps ?

    Ça a l’air tout à fait possible. La société de transport de pastèques prévoit une cinquantaine de voyages cette saison. On parle déjà d’étendre l’offre de transport à d’autres agriculteurs, et à d’autres produits agricoles. Le gouvernement à Kiev semble en faire aussi une priorité, en annonçant qu’un transport fluvial plus intense permettrait des économies de 27 millions d’euros par en réparations de route. Les Ukrainiens tiquent à cette annonce, car beaucoup de routes sont de toutes les manières dans un état déplorable.

    Au-delà de l’emballement médiatique, la revitalisation du fleuve Dniepr n’est pas une évidence, tant elle nécessite des actions coordonnées de l’Etat, des collectivités locales, des autorités fluviales, des entreprises. L’hiver arrivera bientôt, et bloquera toute tentative d’utiliser le fleuve. Si on en reparle sérieusement, ce sera alors l’an prochain, au dégel.


    Sur le même sujet

    • Jour du dépassement

      Planète: à partir de ce 2 août, l'humanité vit à crédit

      En savoir plus

    • Inde

      Inde: le statut de personne vivante octroyé aux fleuves Gange et Yamuna

      En savoir plus

    • Guinée / Sénégal / Mauritanie / Mali

      Fleuve Sénégal: Macky Sall remplace Alpha Condé à la tête de l’organisation

      En savoir plus

    • Livre international

      «Fleuves, frontières, la guerre de l’eau aura-t-elle lieu», de Franck Vogel

      En savoir plus

    • Eau / Energie

      Fleuve Sénégal: vers un marché commun de l’énergie

      En savoir plus

    • Mali

      Au Mali, risque de crue exceptionnelle pour le fleuve Niger

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.