GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Bulgarie: Macron et Borissov trouvent un terrain d'entente

    Emmanuel Macron et le Premier ministre Boïko Borissov après leur conférence de presse commune. REUTERS/Stoyan Nenov

    Sur fond de tensions avec la Pologne, la visite d'Emmanuel Macron en Bulgarie était cordiale, avec un bilan positif : les deux ont reçu ce qu'ils voulaient, le soutien de l'autre. Le Premier ministre Boïko Borissof acquiesce donc pour l'initiative pour les travailleurs détachés et reçoit en retour un acquiescement pour son entrée dans l'espace Schengen et dans la zone euro.

    Lors de leur conférence de presse commune, Macron et Borissov n’ont pas manqué de qualificatifs positifs, particulièrement concernant leurs attentes respectives. Seule ombre au tableau : le secteur routier qui s’est plaint de cette protodirective qui n’en est pas encore une. Ce que les entreprises craignent surtout, c’est d’être poussées à la faillite pour être rachetées par les entreprises ouest-européennes. Il y a 80 000 camions en service en Bulgarie ; c’est autant de chauffeurs, et avec les techniciens et l’administration, le nombre d’emplois dans le secteur dépasse les 100 000.

    L’enjeu est donc important, et c’est pour cette raison que Borissov a tenté de séparer le problème routier du problème des travailleurs détachés. Pour l’instant, il n’y a rien de concret à négocier. Il n’y a pas de points sur lesquels trouver un compromis. D’un autre côté, la Bulgarie reste un pays fortement pro-européen, malgré les montées de l’euroscepticisme et du nationalisme comme partout ailleurs en Europe.

    Adhésion prochaine de la Bulgarie à l’espace Schengen et à la zone euro ?

    Depuis son entrée dans l’UE, en 2007, la Bulgarie, tout comme la Roumanie, est sujette à un mécanisme de contrôle. Ce dernier est censé surveiller ses progrès dans la lutte contre la corruption ou encore la réforme de la justice. Elle s’est aussi vu refuser l’adhésion à l’espace Schengen, alors qu’elle remplit tous les critères techniques depuis des années. De plus, elle va assumer la présidence tournante de l’UE au début de l’année prochaine. Avoir le soutien de la France, c’est donc important pour renforcer la position de la Bulgarie au sein de l’Europe.

    Même après le Brexit, les Bulgares restaient à 75 % pour l’Union européenne. Pourtant, la Bulgarie n’est pas considérée comme un membre à part entière puisque plusieurs portes restent fermées et on la surveille comme on surveillerait un mauvais élève. Il y a des rapports annuels pour dénoncer telle ou telle lacune dans la politique bulgare. Emmanuel Macron n’a d’ailleurs pas manqué de dire et de répéter que la Bulgarie est un membre à part entière de l’UE.

    Dans l’intérêt de la Bulgarie

    La Bulgarie cherche à entretenir de bonnes relations avec les pays de l’Europe de l’ouest. C’est cette ligne de la politique étrangère qu’a adoptée Sofia il y a une dizaine d’années, avant même l’arrivée du premier gouvernement Borissov en 2009. En effet, le gouvernement bulgare préfère éviter les conflits et les rancunes, surtout avec les grands pays européens, à la différence de la Pologne et du groupe Visegrad qui n’hésite pas à hausser le ton. Il faut dire aussi que la Bulgarie ne peut pas se permettre, non plus, puisqu’elle dépend très fortement de l’Otan et de l’UE pour sa défense et pour son économie. Elle a donc plutôt tendance à chercher le compromis par l’acquiescement que par la confrontation.


    Sur le même sujet

    • France / Pologne

      France-Pologne: Varsovie ne décolère pas contre les propos d'Emmanuel Macron

      En savoir plus

    • Pologne / France

      La Première ministre polonaise dénonce les «propos arrogants» d'Emmanuel Macron

      En savoir plus

    • Union européenne

      Travailleurs détachés: en Bulgarie, Emmanuel Macron tacle la Pologne

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.