GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 23 Juillet
Mardi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Huit cents Syriens, des membres des Casques blancs (organisation de secouristes en zone rebelle), et leurs familles, ont été évacués vers Israël puis transférés en Jordanie, indique ce dimanche la radio de l'armée israélienne. Amman les transfèrera ensuite vers la Grande-Bretagne, l'Allemagne et le Canada. Les Casques blancs étaient menacés par l'avancée des troupes du régime de Bachar al-Assad dans le sud de la Syrie, précise encore la radio. L'opération a été menée à la demande des Etats-Unis et des pays européens.

    Madagascar: le «famadihana», ou le «retournement des morts»

    Famille portant le corps d'un de leurs ancêtres après avoir changé les linceuls. CC0/Wikimedia/Saveoursmile

    A Madagascar, c’est un rite qui en dit long sur le système de valeurs malgaches. Le « famadihana », ou en français « le retournement des morts », est une cérémonie réalisée en l’honneur des ancêtres. D’après les historiens, elle se pratiquerait depuis le XVIe siècle, un peu partout sur l’île, mais avec des variantes en fonction des ethnies. Souvent fastueux, ce rite nécessite parfois des années d’économies pour les familles qui l’organisent. A la frontière entre rite païen et rite religieux, entre archaïsme et modernité, le « famadihana » est une histoire de compromis. Un compromis que les nouvelles générations urbaines ont toutefois du mal à accepter. Mahery Andiranahaga est historien. A travers son association, il participe à la préservation du patrimoine culturel de son île. Il répond aux questions de Sarah Tétaud.


    Sur le même sujet

    • Cap Océan Indien

      Père Pedro (prêtre de Madagascar): « Il faut s'insurger mais avec le coeur »

      En savoir plus

    • Cap Océan Indien

      La COI appelle l'ONU à accompagner ses Etats membres

      En savoir plus

    • Cap Océan Indien

      [Rencontre] Madagascar: Clovis Razafimalala, militant écologiste menacé de mort

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.