GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Octobre
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La romancière française Chantal Thomas se souvient de sa mère

    La romancière Chantal Thomas invitée à RFI. © RFI/Catherine Fruchon-Toussaint

    Chantal Thomas a reçu, en 2014, le Grand Prix de la Société des gens de lettres, pour l’ensemble de son œuvre et le prix Roger-Caillois de littérature française.
    Elle est l’auteure de nombreux essais, notamment sur le marquis de Sade, sur Giacomo Casanova et sur Marie-Antoinette. Elle est aussi l’auteure de nouvelles, de récits, de pièces de théâtre et de romans, dont Les Adieux à la Reine (Seuil 2002), traduit en une vingtaine de langues, et pour lequel elle a obtenu le prix Femina 2002.
    En cette rentrée littéraire 2017, Chantal Thomas publie Souvenirs de la marée basse  aux éditions du Seuil, un roman inspiré de son enfance passée en bord de mer, et de sa mère qui lui a transmis le bonheur de nager.

    Couverture du roman Souvenirs de la marée basse © Antoine Chemla/EyeEm/Getty Images

    "Nager. Nager pour fuir les contraintes, pour échapper aux vies imposées, aux destins réduits. Nager pour inventer sa sensualité, préserver sa fantaisie. C’est ce qu’a sans doute ressenti Jackie toute sa vie, commencée en 1919 et menée selon une liberté secrète, obstinée, qui la faisait, dans un âge bien avancé, parcourir des kilomètres pour aller se baigner sur sa plage préférée, à Villefranche-sur-Mer. Entre-temps, elle s’était mariée, avait quitté Lyon pour Arcachon, puis, devenue jeune veuve, avait échangé le cap Ferret contre le cap Ferrat, avec sa mer plus chaude, son grand été.
    Qu’a-t-elle légué à sa fille Chantal ? Quelque chose d’indomptable, ou de discrètement insoumis, et cette intuition que la nage, cette pratique qui ne laisse aucune trace, est l’occasion d’une insaisissable liberté, comme lorsque jeune fille, au début des années 30, Jackie avait, en toute désinvolture, enchaîné quelques longueurs dans le Grand Canal du château de Versailles sous l’oeil ahuri des jardiniers."
    (Présentation de l'éditeur)

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.