GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Un après la mort de Giulio Regeni, retour à la normale entre Italie et Egypte?

    Après la disparition de Giulio Regeni, de nombreuses personnes avaient manifesté pour comprendre ce qu’il s’était passé. AFP/Filippo Monteforte

    Rome, qui avait rappelé son ambassadeur au Caire en avril 2016, en signe de protestation contre le silence des autorités égyptiennes sur l’assassinat d’un étudiant de 28 ans, Giulio Regeni, a nommé un nouveau représentant de l’Etat en Egypte. Ancien directeur de la coopération au développement, organe du ministère italien des Affaires étrangères, Giampaolo Cantini prendra ses fonctions le 14 septembre, en concomitance avec l’arrivée à Rome d’un nouvel ambassadeur égyptien, Hisham Badr. Ce retour à la normalisation des relations italo-égyptiennes ravive les craintes d’ensablement des enquêtes sur les responsables de la mort par torture du jeune italien.

    Giulio Regeni était doctorant à l’université de Cambridge et il s’était installé au Caire, en septembre 2015 pour sa thèse sur les syndicats indépendants en Egypte. Son corps, atrocement mutilé, a été retrouvé dans la banlieue du Caire, le 3 février 2016, dix jours après sa disparition. Compte tenu du nombre de cas d’enlèvements, tortures et assassinats d’opposants au climat de répression en Egypte, des suspicions sur les services de sécurité du gouvernement al-Sissi ont été rapidement émises. Notamment par la famille Regeni. Après avoir constaté que Le Caire ne donnait que de fausses explications - de l’accident de voiture à l’affaire d’espionnage - Rome a rappelé son ambassadeur le 6 avril 2016, assurant que les relations avec l’Egypte ne seraient rétablies que lorsque la vérité sur la mort par torture du jeune italien serait connue.

    Une situation en constante évolution

    La diplomatie italienne parle de « progrès dans la coopération entre les investigateurs du Caire et de Rome ». Mais les derniers documents fournis par le parquet du Caire ne contiendraient que des procès-verbaux de policiers. Le mobile et les auteurs de l’assassinat de Giulio Regeni demeurent inconnus. Le ministre italien des Affaires étrangères n’en a pas moins décidé qu’un nouvel ambassadeur prendra ses fonctions en Egypte le 14 septembre. Parce que, dit-il, « la reprise des relations diplomatiques avec Le Caire est obligatoire ».

    Angelino Alfano a souligné que l’ambassadeur « devra faire progresser les enquêtes ». Rajoutant que l’Italie a besoin de l’Egypte pour affronter des questions relatives au terrorisme, à la gestion des flux migratoires ou à celles des eaux du Nil.

    Des explications qui ont du mal à passer

    Les parents de Giulio Regeni, dont le courage et la ténacité ne sont plus à prouver, se sont déclarés indignés. Pour eux, normaliser les relations bilatérales signifie sacrifier sur l’autel des intérêts nationaux la recherche des responsables de la mort de leurs fils. Une crainte partagée par la société civile et les associations humanitaires qui vont se remobiliser. D’ailleurs, des cinéastes italiens ont saisi l’occasion de la Mostra de Venise pour réclamer « la vérité ».

    Au sein de l’opposition, le Mouvement 5 étoiles a dénoncé « l’hypocrisie inouïe » du ministre des Affaires étrangères. Des experts rappellent que l’Italie est le principal partenaire économique de l’Egypte, le colosse des hydrocarbures ENI, implanté depuis 1953, gère notamment un gigantesque site gazier, au large du delta du Nil. Rajoutant que Rome est prête à tout pour bloquer les départs de migrants, d’où l’utilité de relations apaisées avec l’Egypte qui soutient le maréchal Haftar, homme fort de l’Est libyen.

    En somme, l’affaire Regeni ne semble plus être une priorité pour les institutions italiennes.


    Sur le même sujet

    • Otan / Sahel / Sahara / Libye / Italie / Défense

      Sahel/Sahara: un nouveau centre militaire inauguré par l’Otan en Italie

      En savoir plus

    • Italie

      En Italie, les expulsions préventives s’accélèrent, plus de 200 depuis 2015

      En savoir plus

    • Egypte/Tunisie

      Polémique entre l'Egypte et la Tunisie sur les droits de la femme

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.