GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    «L’Union africaine ne peut pas tolérer l’impunité et l’injustice»

    Smail Chergui, le commissaire de Paix et sécurité de l'Union africaine. peaceau.org

    Le commissaire à la Paix et à la sécurité de l'Union africaine, Smaïl Chergui revient sur quelques-unes des crises qui secouent le continent africain, RDC ou encore Buurndi.

    En RDC, la violence ne cesse d’augmenter, un front anti-Kabila est en train de se constituer, il préconise une transition sans Kabila, cela est-il possible ?

    Smaïl Chergui : « Dans un pays aussi compliqué, aussi grand et avec tous les défis à relever, il est vrai que cette situation nous interpelle et elle doit interpeller les Congolais pour ne pas rajouter de complication à la situation actuelle au moment où l’économie va mal. Il me semble que les Congolais de l’opposition et de la majorité doivent pouvoir s’asseoir autour de la table : évaluer le processus en cours, identifier les pierres d’achoppement, les problèmes qui existent et essayer de recommander la meilleure manière de les traiter pour préserver leur pays… »

    Au Burundi, les Nations unies ont appelé le CPI à enquêter dans les plus brefs délais sur des crimes contre l’humanité commis contre des agents de l’Etat. L’Union africaine, elle, a pris ses distances avec la justice internationale. Est-ce que pour vous c’est à la CPI de le faire ?

    Smaïl Chergui : « (…) Effectivement la situation au Burundi continue de demander une solution politique à la crise. La position du rapport des Nations unies : notre choix c’est d’abord qu’il y ait un recours au niveau continental. Nous pensions que la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples serait la plus appropriée pour examiner à un second niveau ce genre de problème mais nous ne disons pas que nous sommes contre l’intervention de la CPI (…)  »

    La Cour africaine des droits de l’homme et des peuples n’a pas de compétence pour juger les crimes contre l’humanité...

    « C’est un problème car nous adoptons des textes et souvent pour la ratification, cela prend un peu plus de temps et nous espérons que ce problème sera traité. L’Union africaine ne peut pas tolérer l’impunité et l’injustice mais même avec la CPI, il y a des problèmes qui traînent des années. (…). Dans notre approche, il y a aussi et toujours une approche politique qui nous permet d’abord d’avoir des interlocuteurs (…) ».


    Sur le même sujet

    • Invité Afrique

      Smaïl Chergui: «Nous voulons traiter le coeur du problème terroriste au Sahel»

      En savoir plus

    • Invité Afrique

      Smaïl Chergui: en Gambie, «on a évité l’effusion de sang et c’est une excellente nouvelle pour la démocratie»

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.