GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le suivi de la campagne agricole 2017-2018 au Burkina Faso

    Jacob Ouédraogo, ministre burkinabè de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques. © RFI/Sayouba Traoré

    L’agriculture est la locomotive de l’économie du Burkina. En effet, le secteur agricole représente 40% des exportations burkinabè, et emploie plus de 80% de la population active. Il a connu une croissance appréciable ces dernières années. Cette croissance est due à l’effet conjugué de l’augmentation des superficies emblavées, l’amélioration de la productivité résultant de l’adoption de semences améliorées, l’utilisation des engrais organiques, et la maîtrise de l’eau.

    Malgré ces potentialités relativement importantes du secteur agricole, une proportion non négligeable de la population n’arrive pas à satisfaire ses besoins alimentaires, en dépit d’un taux d’autoconsommation élevée en milieu rural et l’existence de réseaux de solidarité relativement denses et actifs. Un terme est rentré de plain-pied dans le discours courant : la période de soudure. C’est-à-dire les longs mois où les greniers sont vides alors que la nouvelle récolte tarde à venir. On comprend donc que les autorités, tant gouvernementales que locales, les techniciens d’encadrement et les producteurs eux-mêmes surveillent le déroulement de chaque campagne agricole comme du lait sur du feu.

    Cette semaine, dans le sillage du ministre burkinabè de l’Agriculture et des Aménagement Hydrauliques, nous rendons visite de suivi de la campagne agricole 2017-2018 dans les régions du Sahel et du Centre-Nord au Burkina Faso. C’est maintenant une tradition, chaque saison pluvieuse, une délégation ministérielle quitte les bureaux de la capitale pour une tournée générale de suivi de la campagne agricole. Etant entendu que chaque zone agro-pastorale a ses potentialités et ses contraintes. C’est dire que cette sortie au Sahel et au Centre-Nord a été précédée par d’autres visites de terrain. Pour l’essentiel, il s’agit de constater les réalités de la campagne à travers des visites d’exploitation et des échanges avec les acteurs du secteur rural.

     

    Invités :
    - Ouango Inoussa, directeur régional de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques de la région du Sahel
    - Dah Thomas d’Aquin, agent d’encadrement, chef de l’Unité d’Animation Technique de Dori
    - Kaba Gérard, coordinateur pédagogique du Centre de promotion rurale de Djomga
    - Sana Pierre Kaboré, directeur régional de l’Agriculture et des Aménagements Hydrauliques du Centre-Nord
    - Ouédraogo Faty, secrétaire du groupement de productrices Wendla-Songda du village de Nessemtenga, dans la commune de Boussouma
    - Jacob Ouédraogo, ministre burkinabè de l’Agriculture et des Aménagements Hydrauliques.

     

    Production : Sayouba Traoré
    Réalisation : Ewa Moszynski


    Sur le même sujet

    • Le coq chante

      Eau potable, assainissement et production agricole à Ouégléga et Koudiéré au Burkina Faso

      En savoir plus

    • Le coq chante

      Le système de riziculture intensive, ou SRI, à Bama au Burkina Faso

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.