GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le développement des projets gaziers en Afrique

    L'Angola, 2e producteur africain de pétrole, mise sur le gaz pour renflouer ses caisses. Photo : plate-forme de forage de pétrole et de gaz en Angola. ©GIANLUIGI GUERCIA/AFP

    Malgré le développement accéléré des énergies propres et renouvelables, l’exploitation des sources d’énergie fossiles, comme le gaz naturel, a encore de beaux jours devant elle, notamment en Afrique.

    L’Afrique possède seulement 7,5% des réserves mondiales prouvées de pétrole et 7,6% pour le gaz, ce qui place le continent à la 5ème et à la 4ème position. Mais il occupe le 2e rang pour l’exploration des gisements des hydrocarbures. La chute des prix du pétrole depuis 2014 a accéléré les investissements dans l’exploration et l’exploitation du gaz.

    Le gouvernement algérien vient par exemple d’annoncer son ambition d’augmenter la production gazière de 16 millions de mètres cubes par jour. Ce qui va lui permettre de compenser l’importante baisse des recettes tirées du pétrole depuis 2014. Elles sont passées de 60 milliards à 27,5 milliards de dollars en 3 ans.

    L’autre pays qui mise sur le gaz pour renflouer ses caisses, c’est l'Angola, 2e producteur africain de pétrole. Le consortium Angola LNG a signé la semaine dernière (mardi 19 septembre 2017) un accord pluriannuel de vente de gaz naturel liquéfié à la compagnie suisse Glencore.

    En moins d’un mois, c’est la 3e fois que le producteur angolais de gaz naturel liquéfié basé à Soyo signe ce genre d’accord. Le premier a été signé le 4 septembre avec le négociant suisse Vitol et le 2e, le 11 septembre, avec le négociant allemand RWE Supply & Traiding. L’usine de Soyo vise une production de 3,5 millions de tonnes avant la fin de cette année, contre 770 000 tonnes fin 2016.

    Selon une étude de Global Data, une firme britannique spécialisée notamment dans l’apport de solutions innovantes aux secteurs industriels, l’Afrique est la 2e région la plus dynamique, derrière l’Asie et devant l’Europe, en termes du plus grand nombre de projets de développement prévus pour entre en service d’ici 2021.

    A cette échéance, la production mondiale de pétrole et de gaz devrait augmenter d’au moins 2,6 % et l’Afrique jouera un rôle de premier plan, particulièrement dans le domaine gazier.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.