GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: clôture officielle ce matin du 19ème Congrès du parti communiste, les délégués viennent d'élire les 205 membres du Comité central
    • Rohingyas: Washington annonce des mesures contre l'armée birmane

    Café : inquiétude sur l'avenir de la production

    Les producteurs de café ne sont pas à la fête. Adam Gault / Getty Images

    La Journée internationale du café est célébrée chaque 1er octobre, mais les producteurs ne sont pas à la fête cette année. Les prix ont chuté, ce qui menace, autant que le climat, l'avenir de la production. C'est l'avis de l'Organisation internationale du café réunie cette semaine à Yamoussoukro, la capitale ivoirienne.

    L’Organisation internationale du café (OIC) est inquiète. L’avenir de la production est menacé, selon elle. Par le changement climatique, et par la baisse des revenus des caféiculteurs. Les arabicas doux d’Amérique centrale subissent le réchauffement de la planète. En Afrique, le champion éthiopien réfléchit déjà à déplacer les plantations de café dans des zones climatiquement plus favorables.

    Mais replanter coûte cher. Comment les producteurs dans le monde peuvent-ils investir s’ils n’ont pas les revenus suffisants ? Le directeur exécutif de l’OIC Jose Sette tire la sonnette d’alarme. « Si les fermiers ne sont pas bien rémunérés et encouragés à planter des caféiers, nous pourrions avoir des difficultés à obtenir les volumes de café dont nous avons besoin, car la demande augmente régulièrement », rapporte Commodafrica.

    Une production sous-évaluée l’an dernier

    La consommation mondiale progresse effectivement de 2,5 % cette année, de 3,5 % rien qu’au Brésil, premier producteur mondial. Mais les prix mondiaux du café ont dévissé depuis un an. Le cours de l’arabica ne dépasse plus guère 1,30 dollar la livre, contre plus de 2 dollars en 2014. Le cours du robusta qui avait mieux résisté est à son tour en déclin, il est passé sous le seuil des 2 000 dollars la tonne.

    Cette chute s’explique par une sous-évaluation de la production caféière de l’an dernier. Pourtant l’excédent de 2016-2017 ne devrait pas durer. C’est un déficit de production que l’on attend en 2017-2018, après l’épisode de sécheresse au Brésil. De 3 à 6 millions de sacs devraient manquer pour répondre à la demande. « On met beaucoup l’accent sur la durabilité environnementale... mais pas un accent équivalent sur la durabilité économique », s’impatiente le directeur de l’Organisation internationale du café. Il invite les gouvernements à investir dans la recherche et à mieux soutenir leurs producteurs. « Les fermiers doivent être convaincus, insiste-t-il, que cela vaut le coup » d’investir dans le café.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      Le Brésil importe du café vert pour la première fois de son histoire

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La Chine pourrait bouleverser le commerce mondial du café

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.