GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 23 Octobre
Mardi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Une excursion dans la commune rurale de Koumbri au Burkina Faso

    Ousséni Ganamé, maire de la commune rurale de Koumbri. © RFI/Sayouba Traoré

    Sur le plan administratif, la cité de Koumbri est à la fois le siège de la commune et le chef-lieu du département du même nom. Et ce département est situé dans la province du Yatenga et dans la région Nord. Avec la politique de décentralisation, Koumbri et 34 villages environnants ont été érigés en commune rurale. Selon les résultats du recensement général de la population et de l’habitat en 2006, la commune comptait 44.535 habitants, dont 23.642 femmes et 20.893 Hommes. Voilà pour les données administratives.

    Les conditions climatiques sont caractérisées par l’irrégularité et la mauvaise répartition des pluies, une faible fertilité des sols, une végétation rabougrie et clairsemée, une faune et des ressources halieutiques très pauvres. L’activité principale dans la commune de Koumbri, c’est l’agriculture. Pour l’essentiel, il s’agit d’une agriculture et d’un élevage faiblement productifs. A ces conditions difficiles, il faut ajouter une forte croissance démographique. En effet, la commune enregistre un taux de croissance moyen de 3,69%, contre un taux national qui est de 3,1%. Croissance démographique qui vient accentuer la raréfaction des ressources de subsistance et la pauvreté au sein des familles. En résumé, il y a des problèmes d’eau, la production agricole ne couvre pas les besoins de l’année, et bien d’autres problèmes encore.

    Devant une telle situation, on ne peut s’empêcher de parler de budget municipal. Ce budget se monte à 344 millions de francs CFA. Il comprend la subvention de l’Etat qui se monte à 144 millions, la participation du Programme national de gestion des terroirs, ou PNGT, qui tourne autour de 21 millions, le fonds permanent pour les collectivités territoriales qui s’élève à 21 millions, la dotation de l’Etat pour le domaine de la santé qui s’élève à 12 millions, et enfin les impôts locaux qui rapportent 12 millions environ. En somme, disons que les municipalités ont des budgets notoirement insuffisants.

    Au final, la commune est enfermée dans un cercle vicieux car, pour s’en sortir, le producteur doit au préalable résoudre quelques problèmes. Ce qui, pour l’instant, n’est pas à la portée des villageois. Et c’est ce qui a obligé les élus de Koumbri à se lancer dans une diplomatie municipale très active.

    Invités :
    - Ousséni Ganamé, maire de la commune rurale de Koumbri
    - Mathurin Nikiéma, secrétaire général de la mairie de Koumbri
    - Mamoudou Ganamé, gestionnaire de la commune rurale de Koumbri
    - Ousséni Porgo dit Ousséni CRA, représentant local de la Chambre Régionale d’Agriculture
    - Issa Diallo, éleveur dans la commune de Koumbri
    - Salam Zoromé, responsable du Comité villageois de développement, en abrégé CVD
    - Bibata Ganamé, mère de famille.

    Production : Sayouba Traoré
    Réalisation : Ludivine Amado


    Sur le même sujet

    • Le coq chante

      Le suivi de la campagne agricole 2017-2018 au Burkina Faso

      En savoir plus

    • Le coq chante

      Le projet Victoire sur la Malnutrition (VIM) au Burkina Faso

      En savoir plus

    • Le coq chante

      Le système de riziculture intensive, ou SRI, à Bama au Burkina Faso

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Le centre d’accueil des femmes victimes des fistules obstétricales de la Fondation Rama

    Le centre d’accueil des femmes victimes des fistules obstétricales de la Fondation Rama
    Cette semaine, le second volet de la lutte des femmes africaines contre les fistules obstétricales, à travers une visite du centre d’accueil de la Fondation Rama, dans le village de Sabtoana, l’un des 36 villages de la commune (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.