GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La cour d'assises ordonne le renvoi du procès de Georges Tron «à une session ultérieure»
    • Collision de Millas: le pronostic vital de six victimes encore engagé (procureur)
    • Trois Palestiniens tués par des tirs israéliens dans les Territoires
    • Pays-Bas: la police militaire tire sur un homme armé d'un couteau à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol (police)

    L’indépendance de la Catalogne, panacée ou danger pour l’économie?

    Manifestation dans les rues de Barcelone au lendemain du référendum sur l'indépendance de la Catalogne, le 2 octobre 2017. ©REUTERS/Enrique Calvo

    Le contrôle de l'économie a été l'un des principaux enjeux du référendum organisé hier en Catalogne. Le gouvernement catalan a fait campagne sur les bénéfices économiques que peut procurer l'indépendance.

    Au vu des performances économiques de la Catalogne, la voie est dégagée pour que l'indépendance réussisse à la Catalogne et qu'elle nuise à l'Espagne. La Catalogne dégage à peu près le même produit intérieur brut que la région de Madrid, soit 20% du PIB national. Si elle prend son indépendance, elle deviendra de facto un Etat plus riche que l'Irlande, la Grèce ou le Portugal. Son tissu économique en fait le poumon de toute l'Espagne, avec d'une part un secteur du tourisme hyper développé et d'autre part des industries exportatrices dynamiques dans le secteur de l'agroalimentaire, de l'automobile ou de la chimie. La région catalane est un contributeur net à la balance commerciale de l'Espagne et aux finances publiques.

    La Catalogne indépendante est donc viable sur le plan économique ?

    Elle semble viable, mais la réponse n'est pas forcément à rechercher dans ce bilan flatteur du passé, elle sera surtout déterminée par les décisions qui seront prises demain en cas de déclaration d'indépendance. Première inconnue, l'attitude des entreprises installées en Catalogne. Vont-elles maintenir leur siège sur place ? Cela dépendra beaucoup de l'attitude d'un autre protagoniste de premier plan : l'Europe.

    Si Bruxelles reconnaît l'indépendance de la Catalogne et l'autorise à conserver l'euro, ce qui paraît politiquement très compliqué et juridiquement non fondé, la Catalogne restera attractive, en revanche si Bruxelles ferme la porte, son avenir s'assombrit car sans l'accès au marché européen, les entreprises pourraient rapidement se délocaliser et la Catalogne perdre sa substance et ses fleurons.

    Pour le moment on voit surtout que l'Europe essaie de calmer le jeu. 

    « La violence ne peut être un recours en politique » dit la commission, et c'est surtout sur le plan économique une arme de destruction massive. La guerre ouverte entre Madrid et Barcelone fera des perdants des deux côtés. Ce matin, la Bourse espagnole a encaissé le choc en ouvrant en baisse. Le secteur bancaire a trinqué et ce sont les deux grandes banques catalanes qui ont le plus reculé. L'Espagne qui a payé lourdement la sortie de crise de la zone euro peut-elle se payer le luxe de faire fuir les investisseurs ? La question vaut aussi pour la Catalogne qui aspire à prendre le large.

    Le gouvernement catalan assure qu'il aura plus de marge de manœuvre budgétaire en cas d'indépendance.

    Pendant la campagne, il a beaucoup communiqué sur « le déficit fiscal ». 8% du produit intérieur brut sortirait de la Catalogne pour alimenter le reste de l'Espagne. Un chiffre énorme qui a frappé les esprits : les Catalans ont aujourd'hui le sentiment de payer pour les Espagnols. Mais la belle démonstration des indépendantistes est contestée.

    Pour les unionistes ce calcul est fallacieux. Car beaucoup de services fournis par l'Etat n'ont pas été intégrés, comme la connexion aux lignes pour les TGV ou encore les services des ambassades. Enfin la supposée bonne santé budgétaire retrouvée de la Catalogne masque une autre inconnue de taille : quid de son financement public ?

     Pour le moment la dette de la Catalogne est classée en catégorie spéculative, ce qui l'empêche de lever de la dette sur le marché, elle dépend donc entièrement des prêts que veut bien lui consentir Madrid.


    Sur le même sujet

    • Espagne

      Référendum en Catalogne: la police espagnole intervient, des dizaines de blessés

      En savoir plus

    • Espagne

      Référendum en Catalogne: la tension monte, appel à une médiation avec Madrid

      En savoir plus

    • Espagne

      Catalogne, le saut dans l'inconnu

      En savoir plus

    • Espagne

      Catalogne: à la veille du référendum, la désobéissance civile bat son plein

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.