GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Ida Sawyer (HRW): «La politique des Etats-Unis vis-à-vis de l'Afrique n'est pas très claire»

    Ida Sawyer. hrw.org/fr/about/people/ida-sawyer

    Au Rwanda, le 4 août dernier, le président sortant Paul Kagame a écrasé ses adversaires avec plus de 98 % des voix. Et pourtant, après cette élection, la répression s’est accentuée. Ainsi l’opposante Diane Rwigara vient-elle d’être arrêtée, en compagnie de sa sœur et de sa mère. Pourquoi ce durcissement ? La chercheuse américaine Ida Sawyer est la directrice pour l’Afrique centrale de l’ONG Human Rights Watch (HRW) qui vient de publier un rapport sur le Rwanda. En ligne de Bruxelles, elle répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

    RFI : Il y a eu beaucoup d’intimidations contre les opposants rwandais avant l’élection du 4 août, est-ce que cela a changé depuis cette élection ?

    Ida Sawyer : Oui donc, nous à Human Rights Watch, nous avons documenté plusieurs cas où des opposants politiques sont arrêtés, victime de disparition forcée, et font l’objet de menaces depuis cette élection, le 4 août de cette année. Parmi les personnes ciblées figure Diane Rwigara qui aurait été une candidate indépendante à l’élection si sa candidature n’avait pas été rejetée. Les membres de sa famille sont en prison, et aussi plusieurs membres et leaders des Forces démocratiques unifiés, c’est-à-dire des FDU-Inkingi, un parti de l’opposition.

    Alors revenons sur le cas de Diane Rwigara : elle avait annoncé son intention d’être candidate il y a quatre mois, est-ce qu’il y a un rapport entre cette annonce de candidature et ce harcèlement ?

    Nous avons documenté comment ce harcèlement contre Diane Rwigara a commencé juste après qu’elle a annoncé sa candidature en mai et, 72 heures après cette annonce et son intention de participer à l’élection présidentielle, des photos d’elle nues ont été publiées sur des réseaux sociaux afin visiblement de tenter de l’humilier et de l’intimider. Selon Diane Rwigara, ces photos avaient été photoshopées. Et puis un peu plus tard en juillet, la commission électorale nationale a rejeté sa candidature. Donc elle n’a pas pu être candidate lors des élections et juste un peu plus tard, après l’élection du 4 août, le harcèlement contre elle a recommencé. Les intimidations, les interrogatoires, les restrictions de mouvements ont continué contre Diane Rwigara et les membres de sa famille. Et finalement le 23 septembre, Diane Rwigara et sa sœur et sa mère ont été arrêtées et maintenant elles sont détenues par la police à Kigali.

    Sa mère, sa sœur et elle-même sont en prison. Alors on comprend bien pourquoi les autorités ont harcelé Diane Rwigara avant l’élection présidentielle, mais pourquoi ce harcèlement continue-t-il aujourd’hui et pourquoi cela va-t-il jusqu’à l’arrestation ?

    Il semble que cela fait partie des efforts des autorités rwandaises pour montrer qu’aucune critique n’est tolérée et aussi que l’opposition n’a pas un rôle à jouer. Il semble que cela fait partie des efforts pour envoyer des messages effrayants à tous ceux qui oseraient remettre en cause le statu quo ou tous ceux qui peuvent critiquer la politique du pouvoir en place. C’est vrai que cela continue même après l’élection. Il semble qu’on veut donner un message très clair.

    Un message effrayant dites-vous, c’est-à-dire qu’il faut faire peur, qu’il faut effrayer ?

    Oui, donc il semble que cette répression contre les leaders, contre Diane Rwigara et aussi contre les membres et leaders des FDU-Inkingi, donc tous ceux qui osent parler contre ce que le pouvoir en place est en train de faire ou qui veulent dénoncer des violations du pouvoir… Il semble donc que le harcèlement contre eux, cela peut avoir l’effet de faire peur à la population.

    Alors autres opposants harcelés, ceux des FDU-Inkingi, les Forces démocratiques unies de Victoire Ingabire, y a-t-il eu encore des arrestations ces dernières semaines ?

    Oui, donc nous avons aussi documenté plusieurs cas d’arrestations des membres leaders des FDU-Inkingi ces dernières semaines, y compris le 6 septembre, quand 7 membres de ce parti ont été arrêtés. Et aussi ce même 6 septembre, quand Théophile Ntirutwa, qui est le représentant du parti à Kigali, a été porté disparu et détenu au secret pendant 17 jours, jusqu’à ce qu’un membre de sa famille puisse lui rendre visite à un poste de police le 23 septembre. Et par rapport au cas de Théophile Ntirutwa, nous avons interrogé quelqu’un qui a été arrêté en même temps que lui. Ce monsieur nous a dit : « lorsque j’ai demandé un avocat, il m’a été rétorqué : ‘’nous te tuerons’’. Ils m’ont poussé à terre, m’ont frappé, m’ont traité d’idiot ». Plus tard, un homme habillé en civil lui a enlevé son masque, a pointé un pistolet sur lui et a lancé : « si tu continues de refuser de répondre à nos questions, tu vas voir ».

    Alors la présidente des FDU Victoire Ingabire elle-même a été condamnée à 15 ans de prison pour avoir, dit la justice rwandaise, « minimisé le génocide » de 1994. Et visiblement les personnes qui viennent rendre visite à Victoire Ingabire dans sa prison prennent de gros risques elles-mêmes, non ?

    Tout à fait, donc la présidente des FDU Victoire Ingabire est en détention depuis 2010 et depuis, le parti n’a été autorisé ni à s’enregistrer ni à participer aux élections. Et ses membres ont été harcelés et arrêtés à maintes reprises, y compris quand des membres ont osé aller la visiter en prison. Donc par exemple il y a le cas de Gasengayire Leonie. Elle a été arrêtée en mars 2016, juste après avoir rendu visite en prison à Victoire Ingabire, avant d’être arrêtée une nouvelle fois en août 2016, et encore une troisième fois juste au début de ce mois, le 6 septembre. Et elle reste en détention jusqu’à maintenant.

    Donc pour résumer Léonie Gasengayire a été arrêtée à 3 reprises. Et aujourd’hui elle est en prison ?

    Oui

    Dans votre dernier communiqué, vous dites que les bailleurs de fonds du Rwanda et les acteurs internationaux devraient condamner cette vague de répression flagrante. Est-ce que vous pensez par exemple que l’administration américaine est trop complaisante à l’égard du régime rwandais ?

    C’est vrai que le gouvernement rwandais reçoit énormément de soutiens de ses bailleurs et partenaires internationaux, y compris les États-Unis , la Grande-Bretagne et d’autres pays de l’Union européenne. Et on pense qu’ils doivent aussi faire l’effort de mettre une pression vis-à-vis du gouvernement rwandais pour le pousser à mettre fin à toutes ces graves violations de droits humains. Ils doivent faire l’effort au moins de les condamner.

    Et en ce qui concerne les États-Unis ?

    Je crois qu’au niveau de l’administration américaine, il faut prendre le temps de mettre en place le sous-secrétaire d’État chargé de l’Afrique, donc la politique vis-à-vis de l’Afrique n’est pas très claire jusque-là.

    Oui le monsieur Afrique du département d’État américain n’a toujours pas été nommé par Donald Trump… Qu’en est-il de la commission des Affaires étrangères du Sénat américain ?

    On pense que la commission des Affaires étrangères du Sénat peut faire beaucoup plus que ce qu’elle fait maintenant pour augmenter la pression vis-à-vis du régime et pour ne pas fermer les yeux par rapport à toutes les graves violations des droits humains.

    Mais pour l’instant, vous n’êtes pas écoutée ?

    Pas comme on le voudrait, non.

    On connait le rôle important que Human Rights Watch et Alison Des Forges ont joué il y a 23 ans pour dénoncer le génocide de 1994. Où en sont les relations aujourd’hui entre le pouvoir rwandais et Human Rights Watch ?

    Je dois dire que les relations entre Human Rights Watch et le gouvernement rwandais ne sont pas très faciles pour le moment. On continue à faire notre travail, mais on a eu plusieurs chercheurs qui n’ont pas été autorisés à venir au Rwanda, vu qu’ils n’ont pas reçu le visa de travail pour continuer leurs recherches sur place. Des fois on partage les conclusions de nos recherches avec le gouvernement, mais on ne reçoit pas de réponse et on n’a pas les opportunités de discuter directement avec lui de ce que nous avons documenté. Mais nous continuons à essayer d’améliorer ce contact et nous espérons qu’on puisse continuer à faire notre travail sans interférences et d’avoir accès au pays pour tous nos chercheurs.


    Sur le même sujet

    • Rwanda/France

      Génocide rwandais: ouverture d'une enquête sur le rôle de la banque BNP Paribas

      En savoir plus

    • Rwanda

      Rwanda: l'étau se resserre autour de l'opposante Diane Rwigara

      En savoir plus

    • Rwanda

      Rwanda: ouverture du procès des membres du parti FDU

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.