GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le poisson tilapia menacé par un virus

    Un pêche de tilapias, au Sénégal. AFP PHOTO / Seyllou

    Un virus perturbe le marché du poisson tilapia, dont la Chine est le premier producteur mondial.

    C’est toute la filière qui risque de vaciller. La production mondiale de tilapia pèse, aujourd’hui, près de dix milliards de dollars, par an. Le tilapia est l’un des poissons les plus consommés dans le monde. Cette sorte de carpe, cultivée dans les eaux douces, est un aliment de base, dans de nombreux pays africains. Sans compter que sa reproduction rapide en fait un bon poisson d’élevage, très rentable.

    Depuis près de dix ans, l’espèce est en tête des ventes mondiales, et dépasse celle du saumon et de la truite. Le tilapia est produit dans plus de 75 pays. La Chine reste le premier producteur mondial, avec un million de tonnes par an, viennent ensuite l’Indonésie et l’Égypte.

    Mesures de précautions

    Mais, aujourd’hui, un virus hautement contagieux, le Tilv, fait trembler le marché du tilapia. Si ce virus ne pose pas de risques pour la santé, il décime les élevages. Rien qu’en Thaïlande, près de 90 % des stocks ont été perdus. La FAO, l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, a donc lancé une alerte pour mettre en garde contre ce virus qui sévit, actuellement, dans cinq pays : la Colombie, l’Équateur, l’Égypte, Israël et la Thaïlande.

    Par mesure de précaution, trois grands pays africains, consommateurs et producteurs, la RDC, le Benin, et dernièrement la Côte d’Ivoire ont interdit toute importation de ce poisson, provenant de ces pays infectés. Pour les importateurs, qui commandent plusieurs milliers de tonnes par an, mais aussi pour les pisciculteurs, c’est la catastrophe.

    Les consommateurs, eux aussi, se détournent de ce produit, dont ils se méfient aujourd’hui. Ils n’en mangent presque plus, même si le tilapia provient de pays, qui ne sont pas concernés par l’épidémie. Les consommateurs préfèrent se tourner, vers d’autres variétés de poissons. Résultat, les prix de la sardine ou du maquereau s’envolent.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      L'élevage français intéresse l'Iran

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La Côte d'Ivoire s'inquiète du swollen shoot, maladie du cacaoyer

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Le commerce de viande bovine interdit en Inde, ex-champion mondial

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.