GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Novembre
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie/chimique: vote vendredi de l'ONU sur une prolongation d'un mois du mandat des enquêteurs (diplomates)
    • Le maire de Caracas, en fuite du Venezuela, va partir en Espagne (porte-parole)
    • Zimbabwe: la plupart des sections régionales du parti au pouvoir demandent à Mugabe de partir (TV d'Etat)
    • Syrie: 26 morts dans un attentat de l'EI contre des déplacés (OSDH)

    Biomatériaux autoréparables

    des chercheurs européens ont décidé d’étudier les changements qui se produisent dans la tige du Lin en cas de blessure dans le but créer de nouveaux matériaux composites à base de fibres végétales, plus résistants et capables de s’autorégénérer. ©Commons.wikimedia/BERTFR

    Les végétaux doivent faire face à toute sorte d’agressions dans leur environnement. Le vent, la pluie ou encore la grêle, entraînent des coupures ou des cassures pouvant nuire à leur développement. C’est la raison pour laquelle des chercheurs européens ont décidé d’étudier les changements qui se produisent dans la tige du lin en cas de blessure. En analysant leur capacité à se régénérer, les scientifiques espèrent bientôt créer de nouveaux matériaux composites à base de fibres végétales, plus résistants et capables de s’auto-réparer.

    Réparer ? Mais vous n’y songez pas ! Car quand c’est usé, c’est cassé ! Il n’y a pas d’autre alternative, il faut tout jeter et surtout remplacerous imposent les fabricants des objets manufacturés que nous utilisons quotidiennement. Et pas de jaloux ! Les industries de pointe et des hautes technologies pâtissent aussi du phénomène. Ailes et fuselages d’avions, peinture des véhicules en tous genres ou encore revêtement anticorrosion sont réalisés avec des matériaux qui sont actuellement incapables de s’auto-réparer. Du côté de l’électronique toutefois les choses semblent s’améliorer. Des chercheurs américains ont récemment mis au point un « plastique » auto-régénérant, nous promettant enfin d’en finir avec les entailles, les rayures et autres fissures disgracieuses qui défigurent les écrans de nos Smartphones.

    Une innovation qui s’inspire de la faculté des animaux ou des végétaux à cicatriser lorsqu’ils sont blessés et qu’on espère bientôt voir sortir du laboratoire dans lequel elle reste confinée. Les recherches qui ont été menées dans le cadre du Projet Européen Marie Curie SHeMat partagent le même objectif : étudier le vivant pour concevoir des matières capables de se réparer toutes seules. L’université Albert-Ludwig en Allemagne a choisi de comprendre la façon dont la plante de lin s’auto-répare et résiste aux agressions du vent, de la pluie et autres aléas provocant des coupures et des cassures.

    La décision d’étudier la tige de lin n’est pas dû au hasard, ces fibres naturelles sont de plus en plus employées dans la production de matériaux composites dans les domaines de l’aéronautique ou la fabrication d’équipements sportifs. Les chercheurs ont pu observer un comportement très différent de la plante selon les types de blessures. Lors des coupures longitudinales, le végétal cicatrise mais ne se régénère pas.

    En revanche, en cas d’entailles transversales, il guérit presque complètement en récupérant la quasi-totalité de ses propriétés mécaniques originelles. Les scientifiques qui viennent de publier leurs résultats dans le journal PLOS ONE espèrent bientôt présenter de nouvelles stratégies industrielles pour développer des matériaux composites qui agissent de même.

    Ces chercheurs bio-inspirés imaginent déjà des vélos résistants aux chocs, des voitures insensibles aux vibrations ou des ailes d’avions inusables, en intégrant dans leur structure profonde, le pouvoir de résilience qui caractérise tous les organismes vivants.

    Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.