GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    «L’oléoduc de l’Amitié», nerf de la guerre dans la crise nord-coréenne

    Vue du fleuve Yalou, qui sépare Dandong en Chine de la Corée du Nord. AFP/Greg Baker

    Le charbon, le fer et même les fruits de mer, la liste des interdictions commerciales imposées par l’ONU à la Corée du Nord est de plus en plus longue. Mais jusqu’à présent, la Chine, inquiète à l'idée de voir le régime de Pyongyang tomber, refuse d’employer l’arme du pétrole contre son allié traditionnel. Pékin a exclu explicitement des sanctions un oléoduc long de 30 kilomètres qui part de Dandong en Chine et arrive à Sinuiju en Corée du Nord.

    « L’oléoduc de l’Amitié » est le nerf de la guerre dans la crise nord-coréenne. Opérationnel depuis 1975, ce conduit a une capacité d’acheminer chaque année 520 000 tonnes de pétrole, selon China National Petroleum, le géant énergétique chinois. Mais combien de brut passe réellement par cet oléoduc ? La Chine est plus que discrète là-dessus.

    Si l’on en croit les experts, 90 % de l’or noir acheté par Pyongyang arriverait en effet via ce tuyau dans l’unique raffinerie du pays – l’usine chimique de Ponghwa. De là, il alimente directement l’armée qui utilise un tiers de tout le pétrole importé, selon un rapport de l’Institut Nautilus. Ce cabinet américain estime qu’interdire ces importations serait désastreux pour les Nord-Coréens, mais inefficace pour freiner la course folle du régime vers l’arme nucléaire, au moins à court terme.

    Conséquences sur les civils

    Car dans ce cas, Pyongyang appliquera sa stratégie « Songun » ou « l’armée d’abord » : les quantités allouées aux civils seraient immédiatement réduites alors que l’armée continuera à en profiter. Les troupes auraient aujourd’hui assez de réserves pour tenir un an avec une consommation classique et pourraient se battre un mois durant avant de manquer de pétrole.

    Outre les arguments politiques qui expliquent la réticence chinoise à stopper le flux du pétrole, il y a aussi un facteur technique qui entre en jeu : l’« oléoduc de l’Amitié » vieux de 40 ans risquerait de s’encrasser et il serait quasiment impossible de le réparer.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.