GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 25 Novembre
Dimanche 26 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Agenda culture Afrique du 22 au 28 octobre 2017

    La couverture de la bande dessinée «Peyi An Nou» de Jessica Oublie et Marie-Ange Rousseau. ©Editions Steinkis

    Par Alexis Guilleux

    Où sortir la semaine prochaine ? L’agenda culturel africain présenté par Edouard du Penhoat et Anne Bocandé, rédactrice en chef d’Africultures.com.

    On commence par une exposition à Dakar, celle de l’artiste peintre Ibrahima Kebe.

    Depuis le début du mois, et jusqu’au 5 novembre, ce peintre bien connu du paysage artistique sénégalais expose une série intitulée « les octobristes », à la Galerie Leopold Sedar Senghor, au sein du Village des arts de Dakar.

    Le peintre né à Kaolack et qui crée depuis les années 80 représente surtout des scènes du quotidien, autour de la famille, des scènes de lutteurs -on sait que la lutte est bien plus qu’un sport au Sénégal-, il peint des amoureux, bref des éléments de la vie quotidienne. Les toiles d’Ibrahima Kebe sont donc à découvrir, on le rappelle jusqu’au 5 novembre.

    A Abidjan, à partir de jeudi se tient un festival de cinéma pour le moins original.

    Kablan Porquet est le propriétaire du Bushman café, un restaurant, bar, lieu culturel de la capitale ivoirienne. Il est aussi diplomate.

    Et il a décidé de lancer un festival : « Le Bushman film festival ». Un festival de films réalisés avec des smartphones. La première édition se tient donc de jeudi à dimanche prochain.

    Trois prix récompenseront les lauréats et leurs œuvres, qui doivent être forcément ouest-africaines.

    Le modjé d’or récompensera la meilleure œuvre de fiction ou un documentaire de moins de 10 minutes. Le modjé vert sera pour le meilleur contenu concernant les droits de l’homme. Mais quand les organisateurs parlent de droits de l’homme, il s’agit de filmer les acteurs du changement en la matière. Et enfin le Modjé marron est pour les œuvres hors compétition, pas forcément filmées avec un smartphone. C’est la deuxième édition du Festival Mogoya.

    Présentation du dernier album de la grande star malienne Oumou Sangaré. Elle est à l’honneur cette semaine.

    Connaissez-vous le Womex ? C’est l’un des plus importants rendez-vous internationaux des professionnels du monde de la musique.Il existe depuis 1994 et se tient cette année en Pologne, à partir de mercredi prochain. Chaque année, un ou une artiste reçoit le Womex artistes award tout autant pour récompenser une carrière musicale que les engagements sociaux d’un artiste.
    Cette année, Oumou Sangaré est la lauréate pour sa musique, la défense du Wassoulou notamment mais aussi pour son activisme tous azimuts. Elle recevra le prix en fin de semaine prochaine et donnera également un concert.

    Notons par ailleurs que plusieurs artistes africains ont déjà reçu ce prix, à l’instar du Ghanéen King Ayisoba, de l’Angolais Waldemar Bastos ou alors du Mozambicains Gato Preto.

    Sortie de «PeyI An Nou», une bande dessinée signée Marie Ange Rousseau et Marie Ange Rousseau

    Mercredi, c’est la sortie en effet de la bande dessinée PeyI An Nou. Vous reconnaîtrez peut-être la langue créole. C’est une bande dessinée signée Jessica oubliée et Marie Ange Rousseau. Une bande dessinée qui parle l’histoire des Martiniquais, des Guadeloupéens, et aussi  des Guyanais et des Réunionnais.

    Elle questionne sur la migration de ces populations vers la France dite hexagonale dans les années 60. Et ce à travers l’histoire du Bumidom. Qu’est-ce que le Bumidom ? Une agence d’Etat créé au début des années 1960 pour organiser le déplacement des populations des Outres Mers françaises vers l’Hexagone.

    C’est une période où il y a un besoin de main-d’œuvre en Hexagone, une crise économique dans les Outremers, mais aussi de forts mouvements indépendantistes.

    Jessica oubliée, l’auteure, elle-même née à Paris, de parents martiniquais et guadeloupéens, part sur les traces de son histoire personnelle pour raconter la Grande Histoire. Une œuvre importante pour le présent ! C’est une bande dessinée, elle est publiée aux Editions Steinkis.

    Toutes ces informations et biens d’autres rendez-vous et actualités culturels sont à retrouver sur votre site d’information Africultures.com.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.