GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le centre d’accueil des femmes victimes des fistules obstétricales de la Fondation Rama

    Rasmata Kabré, coordonnatrice de la Fondation Rama. © RFI/Sayouba Traoré

    Cette semaine, le second volet de la lutte des femmes africaines contre les fistules obstétricales, à travers une visite du centre d’accueil de la Fondation Rama, dans le village de Sabtoana, l’un des 36 villages de la commune rurale de Komsilga, à 27 kilomètres de Ouagadougou, au Burkina Faso.

     

    La fistule obstétricale se définit comme la constitution d’une communication anormale (une fistule) entre la vessie et le vagin (fistule vésico-vaginale) ou entre la vessie et le rectum (fistule vésico-rectale) survenant à la suite d’une grossesse compliquée ou d’un accouchement qui se passe mal. Cette maladie, qui a disparu des pays occidentaux depuis plus d’un siècle, fait encore des victimes dans les Nations en développement, dont celles de l’Afrique pour plusieurs raisons. Selon les chiffres, plus deux de millions de femmes souffrent encore de cette maladie dite de la honte dans les pays en développement, et 500 mille nouveaux cas apparaissent chaque année.

    Maladie humiliante s’il en est, on est écœuré de savoir qu’elle est évitable. Et encore plus, parce qu’elle entraîne des conséquences sociales dramatiques pour celles qui en sont atteintes. Ces femmes martyrisées dans leur corps et leur âme, sont répudiées par la famille du mari, et rejetées par leurs propres familles, aussi bien paternelle que maternelle. Une boucle mortelle, en somme. Abîmée physiquement par la société, la femme se retrouve dans la position d’accusée, c’est-à-dire en dehors de tous les circuits traditionnels de solidarité. Et chacun sait qu’une paysanne chassée de sa terre se retrouve sans ressource. Et c’est pour lutter contre tous ces maux, qu’est née la Fondation Rama qui a créé ce centre d’accueil que nous visitons.

     

    Invités :
    - Rasmata Kabré, coordonnatrice de la Fondation Rama
    - Palm Hervé, chargé de la communication de la Fondation Rama
    - Sawadogo Mamouna, de la commune de Bourzanga, pensionnaire du centre
    - Sarata Sawadogo, mariée à 17 ans, pensionnaire du centre.
     

    Production : Sayouba Traoré
    Réalisation : Ewa Moszynski


    Sur le même sujet

    • Le coq chante

      Le deuxième Congrès panafricain sur les fistules obstétricales

      En savoir plus

    • Grand reportage

      Le calvaire des femmes victimes de fistules en Ethiopie

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.