GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le Haut représentant du chef de l'Etat en Guinée a démissionné. L'annonce a été faite aujourd'hui par Sidya Touré lui-même. «Notre pays est confronté à des crises multiples», écrit-il sur son compte Twitter. Il poursuit : «Cette situation nous interpelle en tant que leader politique pour proposer des solutions qui redonnent espoir à notre peuple. Mon titre de Haut Représentant ne me permet pas de jouer ce rôle. J’ai donc décidé de démissionner de ce poste dès aujourd’hui». Cette démission intervient alors que la Guinée est en proie depuis plusieurs semaines à de vives tensions politiques et sociales.

    Turquie: un an après le pustch manqué, le rythme des procès ne faiblit pas

    La Turquie occupe la 155e place sur 180 au classement de Reporters sans frontières sur la liberté de la presse. GURCAN OZTURK / AFP

    Quinze mois après la tentative de putsch en Turquie en juillet 2016 plus de 150 000 personnes ont été licenciées de la fonction publique. Des dizaines de milliers de Turcs sont en prison tandis que les procès se poursuivent et s’accumulent.

    De notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette

    En Turquie, depuis les hommes d’affaires accusés d’avoir soutenu Fethullah Gülen jusqu'aux militants des droits de l’Homme accusés de soutenir le Parti des travailleurs (PKK) kurdes, toutes les sphères de la société turque sont aujourd’hui dans le viseur de la justice.

    Ces dernières semaines et dans les prochains jours, une « avalanche » de procès et d’audiences ont eu lieu ou vont avoir lieu. Le quotidien Cumhuriyet en a fait d’ailleurs la recension. On en est désormais en moyenne à une audience par jour dans les tribunaux du pays en ce qui concerne seulement des défenseurs des droits humains ou des journalistes.

    Des hommes d’affaires jugés depuis hier, lundi 23 octobre, sont accusés d’avoir financé la tentative de putsch de juillet 2016. Ailleurs, il s'agit de militants accusés de soutenir le PKK kurde ou encore des mouvements d’extrême gauche. Mais les accusations et les procès sont si nombreux, et parfois les preuves si confuses, que certains suspects sont accusés d’avoir soutenu à la fois et en vrac, le terrorisme kurde et les putschistes, avec des preuves parfois très légères.

    Osman Kavala sous les verrous

    La semaine dernière, un mécène très connu dans les milieux culturels d’Istanbul, a par ailleurs été placé en garde à vue. Osman Kavala est un philanthrope connu notamment pour avoir voulu tisser des liens entre la Turquie et l’Arménie. Il a financé par le biais de sa fondation des dizaines de projets concernant les minorités en Turquie, qu'il s'agisse des Arméniens, des Grecs orthodoxes ou des juifs par exemple. Il a par ailleurs lancé une maison d’édition très connue en Turquie.

    Osman Kavala est proche du Parti démocratique des peuples (HDP), un mouvement de gauche prokurde. C'est peut-être la raison pour laquelle il a été placé en garde à vue mercredi dernier à la sortie d’un avion à Istanbul sans que l’on connaisse la raison de cette arrestation puisque dans le cadre de l’état d’urgence, il peut être ainsi détenu une semaine sans que les raisons soient rendues publiques.

    Essoufflement de la répression ?

    Avec une audience en moyenne par jour, le pouvoir turc semble déterminé à aller de l’avant, même s’il montre des signes de lassitude. Chose assez rare pour être soulignée : une journaliste proche du pouvoir a dénoncé par exemple dans un éditorial l’arrestation de membres de la fédération des droits de l’homme, qui subissent un procès « absurde », selon elle.

    Certains journalistes ou militants ont été libérés sous condition ces dernières semaines, même s’ils toujours sous le coup d’accusation. Dans les milieux visés par la justice on craint que ça ne soit surtout peut-être un « ralentissement »... ou les « cafouillages » d’un système judiciaire totalement débordé, mais que d’autres vagues d’arrestations pourraient bien reprendre un jour ou l’autre.


    Sur le même sujet

    • Allemagne

      Asli Erdogan: «En Turquie, la situation est extrêmement noire»

      En savoir plus

    • Turquie / Droits de l'homme

      Turquie: selon HRW, en prison, les actes de torture et de sévices sont «répandus»

      En savoir plus

    • Turquie

      Turquie: la bataille des visas s’amplifie avec les Etats-Unis

      En savoir plus

    • Turquie

      Turquie: 34 militaires condamnés à perpétuité pour avoir tenté de tuer Erdogan

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.