GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 25 Novembre
Dimanche 26 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Soldats américains morts au Niger: «L’affaire a pris une dimension politique»

    La guerre «est en train de se déplacer» du Proche-Orient vers l'Afrique, a déclaré le chef d'état-major américain, le général Joseph Dunford. (photo) lors d'une conférence de presse au Pentagone, à Washington, le 23 octobre 2017. U.S. Department of Defense/Handout via REUTERS

    Au Niger, le 4 octobre, quatre soldats américains des forces spéciales et cinq soldats nigériens - sur un groupe de 12 soldats américains et 30 nigériens - sont tombés dans une embuscade alors qu'ils revenaient du village de Tongo Tongo, dans l'extrême Nord. De très nombreux Américains ont découvert cette présence américaine au Niger: 800 hommes, 2 bases de drônes. Au total, le continent africain accueille 6000 hommes, dans 53 pays. La mort des 4 soldats a créé une vraie émotion et une enquête est ouverte. La guerre « est en train de se déplacer » du Proche-Orient vers l'Afrique, a déclaré le chef d'état-major, le général Dunford. Nikki Haley, l'ambassadrice américaine aux Nations unies, est en tournée sur le continent jusqu'au 28 octobre: après Addis Abeba, elle se rend à Juba et Kinshasa où elle est reçue le 27 par Joseph Kabila. John McCain, qui dirige la commission des Forces armées du Sénat, a plusieurs fois demandé des explications au Pentagone, notamment sur la raison pour laquelle le corps d'un des soldats tués n'a pas été immédiatement évacué. Et entre McCain et Donald Trump, rien ne va plus. Décryptage avec Jean-Marc Tanguy, grand reporter, journaliste au mensuel Raids.

    RFI : Jean-Marc Tanguy, diriez-vous qu’entre John McCain qui ne plaisante pas en matière de défense et Donald Trump le torchon brûle aujourd’hui ?

    Jean-Marc Tanguy : Clairement, le premier est un vétéran de la guerre du Vietnam et l’autre ce n’est pas du tout la même histoire militaire. Il y a un vrai fossé entre ces deux hommes politiques.

    Que s’est-il passé exactement le 4 octobre, le sait-on ? Une enquête est en cours.

    Ce qui n’est pas commun c’est que le FBI travaille sur cette enquête, ce qui n’arrive quand même pas souvent en matière militaire. Ça prouve à quel point l’affaire a pris une dimension politique mais également populaire aux Etats-Unis, où on sait que les Américains sont très patriotes. Ils perdent comme ça, d’un seul coup, quatre soldats d’élite dans un pays dont la plupart des Américains ne savent pas précisément le mettre sur une carte, pose évidemment question.

    Les questions sont notamment : est-ce que les services des renseignements ont failli à leur tâche ? Pourquoi un soldat américain a-t-il été abandonné sur place pendant deux jours ? Les Nigériens et les Américains ont-ils été piégés ? Il y a beaucoup de questions, effectivement.

    Je crois que la toute première c’est vraiment celle-là, parce qu’elle est quasi-passionnelle pour un Américain. Comment en fait un soldat américain a pu rester perdu pendant deux jours et qu’on le retrouve presque par hasard, grâce à des habitants de cette zone. Ça taraude, évidemment, l’Américain de base, mais aussi l’armée américaine, qui - on le sait -, n’a quand même pas pour tradition d’abandonner les siens.

    Peut-on imaginer un voyage de Donald Trump en Afrique ?

    Je ne suis pas sûr que Donald Trump soit très mûr pour ce genre de choses. Il a par ailleurs – il faut le rappeler aussi – d’autres chats à fouetter en Asie. J’attends de voir un petit peu ce que Donald Trump va réellement faire.

    La politique africaine de Donald Trump va être en partie dévoilée par le voyage de Nikki Haley. Une petite phrase de Nikki Haley : « La générosité du peuple américain a ses limites ». Est-ce que l’aide américaine dorénavant sera conditionnée ?

    C’est une attitude qui n’est pas du tout étonnante de la part des Etats-Unis qui calculent encore plus que les autres. Je vous renvoie à ce qui s’est passé il y a à peu de temps sur, par exemple, la subvention des Etats-Unis à l’Unesco. Je vois une forme d’analogie entre ce qui est dit par Nikki Haley et ce qu’a dit sous une forme – certes très différente, mais peut-être avec des intentions assez similaires – notre propre président Emmanuel Macron, quand il s’est déplacé à Gao, où il a quand même fait comprendre au gouvernement des pays africains, qu’en l’espèce, le dispositif Barkhane ne pouvait pas rester en l’état s’il n’y avait pas une évolution politique dans cette zone. Il faut maintenant démontrer qu’on bascule dans une ère de résultats et pas seulement dans une ère de palabres. Donc là aussi, on sent bien que tant à Paris qu’à Washington, on ne peut pas - à fonds perdus - investir dans cette zone.

    Une remarque, j’allais dire que Nikki Haley n’est qu’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU. Elle n’est pas sous-secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, par exemple. Malgré tout, c’est « la Madame Afrique » de Donald Trump.

    Exactement. C’est en ce sens-là que le message ne doit pas être du tout pris à la légère, même si en effet, elle n’est ni sous-secrétaire, ni même secrétaire en titre. Non seulement les gouvernements de la zone concernée qu’elle va visiter doivent être attentifs au moindre mot et au positionnement des virgules, mais également tout le continent entier.

    Un sénateur républicain, Lindsey Graham, a déclaré : « Nos règles d’engagement vont changer dans le cadre des opérations antiterroristes ». En clair : les soldats américains seraient autorisés à tirer les premiers, et ce, même sur de présumés terroristes.

    Quelquefois c’est vrai qu’à longue distance ce n’est pas forcément de très grande différence avec un paisible berger. La résolution des capteurs ne permet pas toujours d’arriver à une authentification certaine. Donc là, manifestement, après ce qui s’est passé et sans doute sous le coup de la passion, les Américains sont en train de changer un petit peu de braquet. Ce qu’il faut évidemment espérer c’est que ça ne génèrera pas d’erreurs de tirs. On sait qu’il y a eu plusieurs dossiers de ce type en Afghanistan ou en Afrique ces dernières années et que c’est évidemment préjudiciable à l'action des forces occidentales qui sont engagées dans ces opérations.


    Sur le même sujet

    • Etats-Unis/ONU

      Nikki Haley en Afrique pour revoir les conditions de l'aide américaine

      En savoir plus

    • Etats-Unis

      Embuscade au Niger: Donald Trump et l'armée américaine face à la polémique

      En savoir plus

    • G5 Sahel

      Les options d’Antonio Guterres pour soutenir la force du G5 Sahel

      En savoir plus

    • ONU / Mali

      La France plaide pour un large soutien de l’ONU à la force du G5 Sahel

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.