GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Agenda culture Afrique du 29 octobre au 5 novembre 2017

    Une toile de l'artiste Boris Nzebo exposée au Grand Palais en mars 2017. ©ALAIN JOCARD/AFP

    Où sortir ce dimanche et la semaine prochaine ? L’agenda culturel africain avec Anne Bocandé, rédactrice en chef d’Africultures.

    Aujourd’hui, c’est le lancement d’une semaine de festivités à Grand- Bassam en Côte d’Ivoire.

    La fête de l’Abissa s’ouvre aujourd’hui dans la ville côtière de Grand- Bassam à une cinquantaine de kilomètres d’Abidjan. Cette fête est orchestrée par la population N’zima. C’est une communauté qu’on retrouve en Côte d’Ivoire mais aussi au Ghana.

    Chaque année, à cette période, la fête de l’Abissa est célébrée. Elle est tout autant un temps de festivités, à travers des défilés et danses, qu’un temps de régulation des conflits et de bilan de l’année écoulée. Une forme très ancienne d’agora politique et sociale. La fête de l’Abissa marque le début de l’année pour les 7 familles qui composent historiquement la population N’zima.

    Rendez- vous à Grand-Bassam, aujourd’hui et jusqu’à la fin de la semaine prochaine.

    On reste en Côte d’Ivoire, avec l’ouverture d’une nouvelle exposition à la Fondation Donwahi. Ça se passe à Abidjan.

    Il revient de Londres, est aussi à Lagos et se prépare pour Paris : l’artiste Boris Nzebo est, avec ses toiles, de toutes les foires internationales incontournables.

    Et la fondation Donwahi d’Abidjan expose son travail depuis le 28 octobre 2017. C’est un évènement car c’est la première fois que l’artiste est exposé en Côte d’Ivoire, en partenariat avec la galerie MAM de Douala.

    Boris Nzebo explore notamment dans son travail les coiffures des femmes africaines. Dans ses toiles aux couleurs vives on retrouve souvent des figures de femmes, leurs cheveux, avec en toile de fond des décors urbains.

    Pour l’artiste, qui a commencé sachez-le en peignant les devantures de salons de coiffure, questionner les cheveux est un moyen pour parler de la société, camerounaise, mais plus généralement des sociétés africaines, de leurs modèles, de leur histoire. Il interroge notamment le fait de se tisser ou non les cheveux à l’occidental. Une riche réflexion portée par des toiles sublimes

    Vous avez jusqu’au 31 janvier pour aller découvrir cette exposition de Boris Nzebo à la Fondation Donwahi à Abidjan, ou encore à la foire AKAA à Paris du 10 au 12 novembre prochain.

    Bénin : à Cotonou c'est le lancement jeudi prochain de la 12e édition du festival SICA, le festival « Stars de l’intégration culturelle africaine ».

    Une soixantaine d’artistes d’une vingtaine de pays africains se retrouve dans la capitale béninoise jusqu’à dimanche prochain. Ils œuvrent tous pour la diversité culturelle du continent, la préservation et la valorisation des héritages artistiques en musique et en danse notamment mais aussi en savoir-faire vestimentaire, puisque le festival s’ouvre par un défilé de mode. Des conférences sont également prévues.

    Et notez surtout samedi, la remise des différents prix. A savoir que l’année dernière, la Côte d’Ivoire avait reçu le prix de l’intégration culturelle africaine, le Congo le prix du public, le Ghana celui du meilleur clip vidéo. A suivre donc pour le palmarès 2017.

    Direction le Sénégal : à Dakar, c'est le lancement de la seconde édition des Ateliers de la pensée dans la capitale sénégalaise.

    « L’Afrique est en train d’inventer des formes nouvelles surtout en économie, en art et en, culture », nous confiait l’intellectuel, professeur en économie, et aussi musicien sénégalais Felwine Sarr dans une interview pour Africultures. Une réflexion qu’il développe dans son livre – à lire si ce n’est pas déjà fait – « Afrotopia ».

    Et de cette réflexion finalement de la nécessité de penser le continent africain, sont nés les Ateliers de la pensée qu’il coordonne avec un autre intellectuel, le Camerounais Achille Mbembe, qui lui enseigne en Afrique du Sud. L’idée est de réunir pendant plusieurs jours, à compter de mercredi prochain, à Dakar, des sociologues, historiens, philosophes, artistes. La thématique de cette année est : « Condition planétaire et politique du vivant ». Cela comprend des réflexions sur l’Afrique à l’ère du numérique, sur la place du continent dans le monde aujourd’hui.

    Je vous invite à lire l’ouvrage paru à l’issue de la première édition des Ateliers et intitulé « Ecrire l’Afrique monde » ; des articles pertinents proposés par différents intellectuels du continent.

    Toutes ces informations et bien d’autres rendez-vous et actualités culturels sont à retrouver sur votre site d’information Africultures.com.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.