GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le blé français espère retrouver des couleurs

    Un champ de blé à Trecault, près de Cambrai dans le Nord de la France. ©REUTERS/Pascal Rossignol

    La tonne de blé meunier a atteint plus de 167 euros en séance à la bourse de Paris, la semaine dernière. Le marché du blé français se tasse, toujours affecté par les prix russes. Mais dans les semaines à venir, la situation pourrait changer.

    Face à la concurrence des blés argentins, américains, mais surtout face à l’explosion du blé russe - plus de 70 millions de tonnes produites cette année -, la France a perdu du terrain. Ses parts de marché ont reculé, au Maghreb et en Afrique. Au Sénégal et au Cameroun, par exemple, la France avait 80% du marché. Cette année, sa part est tombée à 30%, contre 50% pour la Russie.

    Mais l’hiver qui arrive pourrait offrir une fenêtre de tir aux exportateurs français, pour des raisons logistiques. Si l’hiver est intense, les Russes auront des difficultés pour convoyer leurs grains. L’acheminement des céréales est, en effet, très dépendant des conditions météorologiques : les voies navigables du Danube gèlent très souvent, en hiver, ce qui les rend impraticables.

    La logistique pourrait donc jouer en faveur du blé français, la qualité des grains également. Les céréales récoltées, cette année, sont de très bonne qualité. Plus de 70% des blés tendres affichaient un taux de protéines supérieur à 12%. Les clients étrangers apprécient, également, la régularité des lots français. Un blé réputé pour sa constance, ou encore son niveau sanitaire.

    L’autre élément qui pourrait jouer en faveur des Français, c’est l’euro. La monnaie unique est presque à parité avec le dollar, ce qui va favoriser les exportations. L’Algérie qui avait largement délaissé le blé français, suite à la mauvaise récolte de 2016, a commencé à se réapprovisionner en France. Alger a acheté pour livraisons, pour janvier, six cent soixante mille tonnes de blé. Et le Maroc pourrait suivre la tendance.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.