GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Novembre
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie/chimique: vote vendredi de l'ONU sur une prolongation d'un mois du mandat des enquêteurs (diplomates)
    • Le maire de Caracas, en fuite du Venezuela, va partir en Espagne (porte-parole)
    • Zimbabwe: la plupart des sections régionales du parti au pouvoir demandent à Mugabe de partir (TV d'Etat)
    • Syrie: 26 morts dans un attentat de l'EI contre des déplacés (OSDH)

    L'agenda culture Afrique du 5 au 11 novembre 2017

    Détail de l'affiche de l'exposition consacrée à la revue «Awa», qui se tient jusqu'en janvier 2018 au Musée de la Femme-Henriette Bathily à Dakar. Mufem

    Où sortir ce dimanche et la semaine prochaine ? L’agenda culturel africain avec Anne Bocandé, rédactrice en chef d’Africultures. A Dakar, une exposition s’est ouverte samedi 4 novembre en hommage à une revue historique

    Vous souvenez-vous de la revue Awa ? Publiée entre 1964 et 1973, elle est considérée comme l’un des premiers magazines féminins parus en Afrique francophone. Elle a été fondée par une femme de lettre sénégalaise, Annette Mbaye D’Erneville. Entièrement indépendante, Awa a circulé sur tous les continents. Depuis, tous les numéros de cette revue historique ont été numérisés et seront accessibles désormais à toutes et tous.

    Une exposition lui est donc consacrée au Musée de la Femme-Henriette Bathily à Dakar jusqu’en janvier prochain. L’occasion de se plonger dans les réflexions portées à l’époque et toujours d’actualité : les inégalités entre hommes et femmes, l’engagement politique des femmes, la question même du féminisme… ce qu’il recouvre.

    La 28e édition des Journées cinématographiques de Carthage

    En Tunisie, la 28e édition des Journées cinématographiques de Carthage s’est ouverte samedi 4 novembre. C’est un des festivals historiques du continent africain avec dès le départ une vraie volonté de montrer les dynamiques artistiques du continent dans son ensemble. Il est né en effet en 1966, quelques années après les indépendances, et se voulait vraiment un espace de libération culturelle pour les cinématographies africaines et arabes.

    Pour cette 28e édition et jusqu’à samedi prochain, le festival présente aussi des cinémas venus d’Asie et d’Amérique latine. Dix films longs métrages de fiction sont sélectionnés pour la compétition officielle. Parmi lesquels, le film Félicité du réalisateur franco-sénégalais Alain Gomis, dont nous avons déjà eu l’occasion de parler à plusieurs reprises dans cet agenda culturel tant il circule sur le continent.

    Le film Mustapha Z du Tunisien Nidhal Chatta sera quant à lui présenté en première mondiale au festival de Carthage. L’histoire d’un homme, un Tunisien dit « ordinaire », dans son quotidien en Tunisie, face à l’absurdité du système. Première mondiale aussi pour Les armes miraculeuses, nouveau film du Camerounais Jean-Pierre Bekolo. Un film qui se passe dans l’Afrique du Sud des années 1960 et qui retrace la destinée de 3 femmes amoureuses d’un condamné à mort…

    Joël Andrianomearisoa à l’honneur à la Fondation Zinsou

    La Fondation Zinsou inaugure une nouvelle exposition à Cotonou lundi 6 novembre jusqu’au 4 février 2018. Elle donne carte blanche à l’artiste malgache Joël Andrianomearisoa. Un artiste renommé dans l’art contemporain, qu’on a pu voir récemment dans des expositions en France ou en Inde. Cette carte blanche s’intitule « Sur un horizon infini se joue le théâtre de nos affections ».

    Cette exposition inédite se veut un laboratoire, une expérience sensorielle. C’est-à-dire que l’artiste utilise plusieurs médiums, plusieurs espaces, qu’il s’allie aussi avec des savoirs faire locaux, pour proposer, nous dit Marie-Cécile Zinsou, à la tête de la Fondation, « une construction collective d’une architecture sentimentale, obsessionnelle, sensuelle, et parfois sombre, qui affirme la nécessité vitale ».

    2e édition d'AKAA à Paris

    Regard du côté des diasporas, en France, avec la foire d’art contemporain et de design d’Afrique AKAA (pour « Also known as Africa ») qui s’ouvre pour sa deuxième édition vendredi 10 novembre à Paris. Pour l’occasion, près d’une quarantaine de galeries d’une trentaine de pays font le déplacement. C’est alors 150 artistes qui sont représentés pendant trois jours dans la capitale française.

    D’Abidjan, la galerie LouiSimone Guirandou fera notamment le déplacement avec des œuvres de l’artiste Nu Baretto. On les reconnaît particulièrement avec la représentation de personnages flottants. L’artiste est à l’honneur de cette édition de AKAA dont la thématique est : « panser ». Toute une série de rencontres aura lieu en effet autour de cette question et de son articulation avec l’art. Nu Barreto, dans ses tableaux, utilise par exemple la couleur rouge pour, dit-il, parler de « thérapie et d’émotions ».

    À retrouver sur Africultures.com, une interview de Salimata Diop, la directrice de la programmation culturelle de la foire AKAA.


    Sur le même sujet

    • Agenda culture Afrique

      Agenda culture Afrique du 29 octobre au 5 novembre 2017

      En savoir plus

    • Agenda culture Afrique

      Agenda culture Afrique du 22 au 28 octobre 2017

      En savoir plus

    • Agenda culture Afrique

      Agenda culture Afrique du 15 au 21 octobre 2017

      En savoir plus

    • Agenda culture Afrique

      L'agenda culture Afrique du 8 au 14 octobre 2017

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.