GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Novembre
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A la Une: devenir président de la France en 2022

    Palais de l'Elysée. Remi Mathis / Wikimedia commons

    J'ai nommé Laurent Wauquiez ! Déjà président, mais seulement de la région Auvergne-Rhône-Alpes, et bientôt - probablement - du parti Les Républicains. Mais son l'objectif principal reste évidemment l'Elysée. Pour cela, l'ancien ministre cultive ses réseaux, explique L'Obs, « mais il a du chemin à faire », souligne l'hebdomadaire, « la faute à son caractère solitaire, sans empathie voire brutal selon ses détracteurs ».

    L'article décrit toutefois la capacité de l'ancien jeune premier de la droite d'être où il faut quand il faut : libéral pro-européen à ses débuts, sarkozyste en 2007, proche de la Manif pour tous en 2013 et, désormais, accompagné dans sa campagne pour la conquête du parti de la juppéiste Virginie Calmels. Le tout avec un slogan, poursuit L’Obs : « Une droite vraiment de droite  ».

    Laurent Wauquiez s'est construit une image d'homme politique conservateur, limite réactionnaire, fustigeant l'assistanat et prônant les valeurs familiales et celles de la province, de la terre, lui qui est député de Haute-Loire en Auvergne. Avec les grands écarts que cela implique parfois. « Wauquiez, le nouveau démago de la droite », titre ainsi Marianne, qui se fait un plaisir de rappeler les origines très bourgeoises du futur patron des Républicains.

    L'hebdomadaire revient et son parcours universitaire - Normale sup, ENA - assez éloigné du discours anti-élite qu'il tient à chaque réunion publique, visant avec vigueur Emmanuel Macron. Et Marianne de citer un autre expert en slalom politique : l'ancien député Les Républicains, passé à la Macronie, Thierry Solère. « Laurent Wauquiez est un garçon intelligent et très ambitieux mais qui n'a aucune ligne idéologique et aucune barrière morale. »

    Faire sauter les barrières, justement, la qualité principale au contraire de Laurent Wauquiez, selon Patrick Buisson, ancienne éminence grise et ultra-conservatrice de Nicolas Sarkozy. Officiellement, les deux hommes n'ont plus de contact depuis la brouille entre le journaliste et l’ex-président, dont les réseaux sont indispensables au député.

    Mais la filiation des idées est là, selon les deux hebdomadaires, notamment dans la dénonciation de l'islamisme et du communautarisme, et dans la décision de Laurent Wauquiez de ne pas choisir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour de la présidentielle, ce printemps.

    François Fillon digère encore sa défaite

    Le Point revient sur la nouvelle vie de l'ex-futur président de la République et révèle d'ailleurs l'existence d'un dîner en juillet dernier entre François Fillon et Laurent Wauquiez. Dîner durant lequel celui-ci a demandé à son ancien Premier ministre de ne pas s'opposer à son ambition de prendre la tête du parti. François Fillon, poursuit l'hebdomadaire, l'aurait encouragé, car selon l'un de ses proches, il estime que le député de Haute-Loire est le moins susceptible d'enfoncer un nouveau clou dans son cercueil politique.

    Car si François Fillon est désormais associé dans le fonds de gestion Tikehau, il continue en effet de ruminer sa débâcle à la présidentielle. Le Point revient sur le désastre de sa campagne, ruinée par la révélation de l’emploi fictif de son épouse. Selon l'hebdomadaire, François Fillon aurait été contacté dès le mois d'octobre par un journaliste du Canard Enchaîné sur ce dossier. L'affaire n'éclate qu'en février et personne dans son entourage politique n'était apparemment au courant.

    Difficile donc de préparer une stratégie de défense... Aujourd'hui, François Fillon étudie justement la stratégie : Le Point a repéré sur une photo qu'il lisait Les Barbares à nos portes, l'un des plus célèbres ouvrages de littérature financière. Où comment un petit fonds de gestion a réussi à racheter l'un des géants américains de l'agroalimentaire. Mais aucun rapport avec une certaine OPA réalisée sur l'Elysée.

    Le Goncourt, un cadeau empoisonné ?

    Alice Zeniter, Olivier Guez, Véronique Olmi et Yannick Haenel sauront en effet sur les coups de midi lequel d'entre eux a été choisi par le jury réuni au restaurant Drouant. Mais le plus dur n'est peut-être pas tant d'avoir le Goncourt, estime Marianne, que de gérer l'après : « Le prix peut bloquer plus qu'il ne libère », explique l'hebdomadaire, citant Jean Carrière, Goncourt 1976 et qui plonge ensuite dans la dépression pendant 15 ans. Il en tirera d'ailleurs un livre : le bien nommé Le Prix du Goncourt.

    Car la difficulté de recevoir la récompense la plus prestigieuse de la littérature française, c'est la pression de faire aussi bien ensuite. Pascale Roze et Alexis Jenni, tous deux récompensés pour leur premier roman publié, racontent l'accueil hostile qu'ont reçu leurs livres d'après-Goncourt. « Ça a été douloureux et inattendu. Il m'a fallu 10 ans pour faire oublier mon prix », explique Pascale Roze, alors qu'Alexis Jenni a noté « un peu de mépris et s'est senti comme le type qui a gagné le Goncourt par hasard ».

    Les bienfaits de la sylvothérapie

    La sylvothérapie, ou pour faire simple, les promenades dans les bois. Le Point en fait même sa Une. Rien de nouveau sous les sapins pourtant ; la balade en forêt faisait partie il y a un siècle des activités recommandées notamment pour traiter l'asthme ou la tuberculose. Le biologiste japonais Qing Li l'a remise au goût du jour, en étudiant avec précision les effets de ce qu'il appelle les douches de forêts sur un groupe de cobayes. L'article liste les résultats : « Diminution des indicateurs de stress, de syndromes de dépression, d'anxiété, de l'insomnie / des données cardiaques et respiratoires qui s'améliorent »... Bref, la forêt nous veut du bien.

    C’est ce qu’explique Francis Hallé dans une longue interview, toujours dans Le Point. Le botaniste s'alarme de la disparition à grande vitesse des forêts primaires dans la bande équatoriale, mais aussi de l'incompréhension que nous avons des arbres en tant qu'être intelligents. Il donne l'exemple des cyprès qui, en cas d'incendie, se délestent de leurs composés inflammables. Des molécules qui dans le même temps avertissent les arbres voisins. La forêt sait communiquer et ses membres sont capables de s'entraider, ce qu'a pu constater le biologiste américain David Haskell qui a passé des mois à scruter un tout petit mètre carré dans une forêt. Il en a tiré un ouvrage, que Le Point recommande : Un an dans la vie d'une forêt.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.