GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Novembre
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie/chimique: vote vendredi de l'ONU sur une prolongation d'un mois du mandat des enquêteurs (diplomates)
    • Le maire de Caracas, en fuite du Venezuela, va partir en Espagne (porte-parole)
    • Zimbabwe: la plupart des sections régionales du parti au pouvoir demandent à Mugabe de partir (TV d'Etat)
    • Syrie: 26 morts dans un attentat de l'EI contre des déplacés (OSDH)

    La fête du Magal de Touba au Sénégal

    La Grande Mosquée de Touba au Sénégal. RFI/Guillaume Thibault

    Le Mouridisme est un mouvement religieux porté par la confrérie soufie des Mourides. Il est particulièrement présent au Sénégal où se déroule en ce moment le Magal, une fête commémorative de l’exil du fondateur de cette communauté. Pourquoi y-a-t-il autant de ferveur autour de Cheikh Amadou Bamba, condamné par les colons français à quitter le Sénégal en 1895  ? Guillaume Thibault a posé cette question au conteur historien Massamba Gaye.

    Des chants religieux accompagnent les fidèles depuis minuit avec deux attitudes pour rejoindre la mosquée. Les hommes courent et les femmes profitent de la douceur du soir et des derniers rayons du soleil qui font scintiller cette immense mosquée de Touba, visible à des kilomètres avec ses sept minarets.

    Ce Magal, le 124e, est loin d’être terminé. Toute la nuit les fidèles vont venir se recueillir et prier devant le mausolée de Cheikh Amadou Bamba, premier Khalife et fondateur de la confrérie mouride.

    80 ans après sa mort, les principes de cet érudit, ce poète et chef religieux sont toujours partagés et revisités aussi dans la société moderne sénégalaise. « Serigne Touba, l’homme de Touba prônait la paix, nous voulons la même chose  » selon Raïssa, une participante. Le soufisme dans toute sa splendeur. «  C’est un jour de fête mais surtout de partage, on oublie les problèmes, on est ensemble  » ajoute Abdoulaye son mari.

    Les prières pour le père du Mouridisme, ses khassaides, les poèmes qu’il a écrits vont donc résonner toute la nuit sur l’esplanade de cette grande mosquée mais aussi dans toute la ville de Touba. C’est une atmosphère mystique ce soir pour la fin de ce Grand Magal.


    Sur le même sujet

    • Sénégal

      Sénégal: le grand Magal de Touba, la plus populaire des fêtes religieuses

      En savoir plus

    • Gambie/Sénégal

      Magal de Touba: les Mourides gambiens ne font pas tous le déplacement

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.