GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Accord Etats-Unis/Chine sur le GNL américain

    Affichage des prix d'une station-service Sinopec à Hong Kong en Chine. (Photo d'illustration) Billy H.C. Kwok/Bloomberg via Getty Images

    La Chine va investir dans un projet d'infrastructures de gaz naturel liquéfié en Alaska, aux états unis. Un accord a été signé au deuxième jour de la visite du président américain Donald Trump à Pékin. L'accord prévoit des investissements de plusieurs milliards de dollars.

    Si ce contrat se réalise, ça sera le premier investissement chinois dans le gaz naturel liquéfié américain, le GNL. Sinopec, le géant pétrolier chinois a été choisi par Pékin pour développer ces infrastructures de GNL en Alaska. Il sera épaulé financièrement par deux importantes institutions chinoises ; le fonds souverain chinois CIC et la banque étatique Bank of China. Les investissements conjoints prévus sont colossaux. Ils devraient atteindre 37 milliards d’euros et générer près de 12 000 emplois américains, selon le gouverneur d’Alaska. Sur place, Sinopec va s’associer à une firme énergétique américaine, Alaska Gasline Development Corporation.

    Dans le détail, ce grand projet prévoit la construction d’un gazoduc, d'une usine de liquéfaction et d'un terminal de stockage. Ce projet résulte d'un accord commercial signé cette année entre les états unis et la Chine. En mai dernier, Donald Trump avait donné son feu vert aux entreprises chinoises pour qu’elles achètent du Gaz Naturel Liquéfié américain.

    Les Etats-Unis ont tout intérêt à trouver de nouveaux débouchés à l’export. Le pays possède d’importantes réserves de gaz de schiste et pourrait faire partie des trois premiers exportateurs mondiaux de GNL d'ici 2022. La Chine a de son côté besoin de nouvelles ressources, sa consommation en gaz naturel ne cesse de crotre. Pour contrer la pollution atmosphérique qui s’aggrave, l’empire du Milieu remplace progressivement ses centrales à charbon par de nouvelles sources d’énergies plus propres, dont le gaz naturel.

    Pour répondre à ses nouveaux objectifs, Pékin doit développer massivement sa production nationale de gaz mais aussi trouver de nouveaux partenaires à l’étranger. Début novembre, le géant énergétique chinois CNPC s’est associé au groupe gazier russe Novatek pour la production de GNL dans l'Arctique. Et il y a trois ans, Pékin et Moscou ont signé un contrat de fourniture de gaz russe.


    Sur le même sujet

    • Chine / Etats-Unis

      Des accords colossaux conclus lors de la visite de Donald Trump en Chine

      En savoir plus

    • Chine/ Etats-Unis

      Trump en Chine: déficit commercial et Corée du Nord au cœur des discussions

      En savoir plus

    • Chine / Environnement

      Chine: Pékin veut réduire de 30% sa consommation de charbon en 2017

      En savoir plus

    • Grand reportage

      La Chine, usine du monde devient le laboratoire de l’économie verte

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.