GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Décembre
Mardi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Espace: une fusée «Soyouz» s'envole vers la station spatiale internationale (ISS) avec trois astronautes à bord

    La facture alimentaire mondiale alourdie par le coût du transport maritime

    La croissance de 6% de la facture alimentaire mondiale s’explique par l’augmentation des quantités de denrées achetées par les pays importateurs et par l’augmentation du coût du transport maritime, en particulier le fret. Pixabay/Minka2507

    Malgré l'abondance des productions agricoles cette année, le coût des importations alimentaires monte en flèche : 1 413 milliards de dollars depuis janvier.

    C'est une nouvelle surprenante. La facture alimentaire mondiale a augmenté de 86 milliards de dollars depuis le début de l'année. Une croissance de 6%.

    Pourtant les réserves sont remplies de céréales, de sucre et d'oléagineux, les silos à blé en particulier n'ont jamais été aussi pleins depuis des décennies, ce qui a contenu le prix unitaire de ces produits.

    Mais comme le souligne l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO), ce sont les quantités achetées par les pays importateurs qui ont progressé, avec la croissance démographique et la reprise de l'économie mondiale, qui a un peu délié les porte-monnaie.

    Surtout l'intensification du commerce mondial a fait bondir le prix d'acheminement des denrées. Le coût du transport maritime, en particulier le fret, a augmenté de moitié, il a parfois doublé sur certaines destinations. Le poste transport pèse donc plus lourd cette année dans la facture alimentaire : 10%. Même si l'on n'est pas revenu aux niveaux astronomiques de 2007-2008, c'est un facteur d'inflation très important.

    Note salée pour les produits laitiers et la viande

    112 milliards de dollars d'importations de produits laitiers, c’est une augmentation de 51% par rapport à 2016. 176 milliards de dollars d'importations de viande, un montant historique pour cette catégorie de produits. Mais la facture a également augmenté de plus de 20% pour les céréales. Quant au sucre, le même bateau du Brésil a coûté plus cher alors que son cours à New York était plus bas.

    Une facture alimentaire encore plus lourde pour les pays pauvres

    Alors que dans les pays riches la note augmente de 3%, elle grimpe de 11% dans les pays en développement : leur dépendance aux importations alimentaires s'est accrue en 2017, et de l'Egypte au Bangladesh, les pays pauvres n'ont pas bénéficié de la baisse du dollar, monnaie dans laquelle ils achètent leurs produits, puisque leur propre monnaie s'est elle-même affaiblie par rapport au billet vert. Seul l'arrimage à l'euro des pays de la zone franc a permis à cette région d'Afrique subsaharienne d'avoir une inflation de ses importations alimentaires un peu moins forte que celle des autres pays en développement, de l'ordre de 8%.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.