GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • COP23: la communauté internationale s'accorde pour évaluer en 2018 ses émissions de CO2
    • L'Arabie saoudite rappelle son ambassadeur à Berlin pour protester contre une déclaration allemande sur le Liban (agence)
    • Syrie/chimique: nouveau veto russe à une résolution prolongeant les enquêtes internationales

    Macky Sall: «Défaits, les jihadistes vont chercher des territoires faciles»

    Le président sénégalais Macky Sall, lors d'un discours à la Conférence internationale sur l'émergence de l'Afrique, le 28 mars 2017 à Abidjan. SIA KAMBOU / AFP

    Alors que la 4ème édition du Forum Paix et Sécurité se tient les 13 et 14 novembre à Dakar, le président Macky Sall est notre invité. Pendant deux jours, quelque 800 participants de 40 nationalités, acteurs politiques ou de la société civile et experts débattent et échangent sur les problématiques liées à la sécurité en Afrique. Macky Sall a participé à un débat avec ses homologues rwandais et malien, Paul Kagame et Ibrahim Boubacar Keïta dans lequel le président sénégalais a notamment soulevé le problème du retour en Afrique des jihadistes qui combattaient en Syrie.

    RFI : Vous avez soulevé une question très intéressante, c’est la première fois que je l’entends dans la voix d’un président, sur le retour possible de jihadistes qui viendraient peut-être de Syrie. Quelle est votre crainte ?

    Macky Sall : La crainte c’est qu’on va les défaire en Irak, en Syrie. Ils vont se retrouver d’abord en Libye et puis ils vont descendre dans le Sahel, puisque l’Afrique va constituer le ventre mou. Dès lors qu’il y a une réaction très forte au Moyen-Orient contre ces bandes, ils vont rechercher des territoires faciles. Déjà, vous voyez le Sahel ; avec toutes les zones de trafics de tous genres. Ensuite, la Somalie. Donc si on n’a pas les réponses appropriées, fortes évidemment, tout ce qui a été défait au Moyen-Orient va se retrouver encore sur l’espace sahélo-saharien. Ça va encore nous poser des problèmes. Donc il faut une réponse globale. Il faut des réponses vraiment intégrées. Parce que, comme je l’ai dit, s’il y a encore un secteur où ces forces peuvent se déployer, c’est toute la sécurité globale qui est menacée. Donc, il faut que les partenaires accompagnent l’Afrique. L’Afrique doit elle-même faire les efforts supplémentaires. On l’a vu avec l’Union africaine. Nous avons décidé de prendre en mains le financement de l’Union par les Etats africains. Mais c’est à 25% qu’on pourra contribuer dans le maintien de la paix, avec des mandats robustes, mais il faut que les partenaires, évidemment, accompagnent l’Afrique, qui est prête aussi à se mettre à niveau.

    Comment faire ? Peut-être échanger justement des listes de combattants jihadistes ? Vous craignez un retour de jihadistes originaires du continent ?

    Oui, bien sûr. Parce que, où est-ce que vous voulez qu’ils aillent ? Déjà, beaucoup ont quitté. Ils sont certainement en train de retourner dans le pays respectif, y compris en France ailleurs, chez nous aussi. Donc, le problème ce n’est pas qu’ils reviennent. S’ils reviennent et qu’ils ne font rien, il n’y a pas de problème. Mais ils vont reconstituer. Ils ont une idéologie, c’est la destruction. Donc, il faut que l’Afrique ne serve pas, ne soit pas le ventre mou de la lutte contre le terrorisme international. Je vois que nos partenaires aussi le comprennent très bien et travaillent avec nous. Et c’est cela l’objet du Forum de Dakar : mettre ensemble tous les partenaires, tous les acteurs, pour réfléchir sur des solutions qu’on peut partager.

    Vous avez eu l’impression d’être écouté, entendu, notamment par la ministre française des Armées, Florence Parly ?

    Oui. Parce que Florence Parly a dit une chose que j’aime bien entendre de la part des Européens, c’est de dire que l’Afrique doit pouvoir gérer et doit être écoutée sur les problèmes qui la concernent. Ça c’est important ! C’est tout ce que nous demandons. Qu’on ne nous donne pas des solutions toutes faites, qui ne sont pas adaptées chez nous. Donc, il faut savoir que chaque pays a ses spécificités, l’Afrique a ses réalités. Donc, les solutions doivent tenir compte de ces aspects. Entendre les Africains, échanger avec eux et ensemble élaborer des solutions. Voilà ce qu’il faut faire pour que notre lutte commune contre l’extrémisme violent soit un succès durable. Bien sûr, il n’y a pas que le volet militaire. Là aussi, nous avons été très clairs. Le volet militaire est, certes, nécessaire aujourd’hui, mais il n’est pas suffisant. Il nous faut travailler sur l’éducation, sur la formation, sur l’emploi, sur l’équité, sur la démocratie et sur l’inclusion sociale, pour éviter que la frustration ne soit le lit, vraiment, de recrutements massifs de jeunes dans le cadre du terrorisme.

    Sur les questions des forces de maintien de la paix des Nations unies c’est un combat que vous menez depuis longtemps, en disant qu’il faut revoir la façon de travailler des forces de paix. Vous avez été très clair. Vous avez été écouté, entendu ou non ?

    Oui. Vous savez, il y a déjà cinq ans que nous travaillons avec les Nations unies. Et je suis heureux que, même le président de la Commission de l’Union africaine l’ait rappelé. Nous avions demandé le renforcement du mandat de la Minusma. Vous ne pouvez pas gérer la paix là où elle n’existe pas. Pour la maintenir, il faut que la paix existe. Donc, lorsque les casque bleus sont engagés, il faut qu’ils soient engagés avec tous les moyens requis, tant pour le mandat que pour l’équipement adéquat. Aujourd’hui, la Minusma est le théâtre le plus meurtrier.

    Et les Sénégalais sont très engagés.

    Oui, les Sénégalais sont très engagés. En décembre, nous serons la première force devant le Tchad avec 1 500 hommes. Le Tchad : 1 400. Donc nous sommes engagés, mais nous voulons que, aussi, la sécurité des soldats soit garantie, que les moyens nécessaires à leur mission soient mis à disposition. Nous y travaillons avec les Nations unies, nous y travaillons avec nos partenaires européens. Je pense que globalement tout le monde est d’accord que dans certains théâtres le mandat doit être très fort, très robuste.


    Sur le même sujet

    • Sénégal / Défense

      Sénégal: ouverture du 4e Forum paix et sécurité à Dakar

      En savoir plus

    • Sénégal

      Sénégal: le grand Magal de Touba, la plus populaire des fêtes religieuses

      En savoir plus

    • Grand reportage

      Sénégal, la téléréalité au service de l'agriculture

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.