GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Record battu pour un tableau de Nicolas de Staël, adjugé 20 millions d'euros à Paris (Christie's)
    • La Turquie va mettre fin à son offensive en Syrie après un retrait des forces kurdes, annonce Mike Pence
    • L'invitation de Trump à Erdogan suspendue aux discussions en cours à Ankara (Maison Blanche)
    • Cuba: décès de la danseuse et chorégraphe cubaine Alicia Alonso à 98 ans (ballet)
    • Le prochain G7 aura lieu dans un club de golf de Donald Trump en Floride (Maison Blanche)
    • Union européenne : les 27 ont adopté l'accord de Brexit trouvé avec le Royaume-Uni

    Sort des Rohingyas: une compassion du pape François à géométrie variable ?

    Le pape François va se rendre en Birmanie et au Bangladesh du 26 novembre au 2 décembre 2017. REUTERS/Max Rossi

    Le Monde en questions, votre rendez-vous hebdomadaire avec Bruno Daroux pour décrypter les évolutions géopolitiques d'un monde en mouvement permanent. Cette semaine, il est question de la visite du pape en Birmanie puis au Bangladesh. Une visite qui sera, dans ces deux pays, dominée de manière implicite ou explicite par là crises des Rohingyas cette communauté musulmane victime des exactions de l'armée birmane. Au cours de cette visite à haut risque, le pape François dira-t-il la même chose sur le drame que vivent les Rohingyas, persécutés en Birmanie, terre bouddhiste, réfugiés pour nombre d'entre eux au Bangladesh, pays musulman ?

    La réponse à cette question n’est pas encore acquise. Pour le pape François, ce déplacement, qui doit consacrer le nouvel essor d’églises chrétiennes encore très minoritaires dans ces deux pays et promouvoir le dialogue entre les religions, chrétienne, bouddhiste et musulmane, risque de se transformer en chemin de croix diplomatique tant chacune de ses paroles sur le sort des Rohingyas sera surveillée, relayée, commentée.

    Il y aura d’abord la Birmanie, il y aura très vite la rencontre avec une icône aujourd’hui critiquée de la démocratie, Aung San Suu Kyi. Il y aura ensuite le Bangladesh. Mais il y aura donc d’abord, tout au long de cette visite en terre bouddhiste puis musulmane, la lancinante question du sort terrible réservé par l’armée birmane aux Rohingyas, cette communauté musulmane de l’Etat de l’Arakan. Une communauté jamais vraiment acceptée, durement réprimée depuis la prise du pouvoir par les militaires birmans en 1962.

    Une communauté qui, depuis trois mois maintenant, se trouve à nouveau plongée en plein cauchemar, victime d’une répression aveugle autant que cruelle, qui a déjà poussé 600 000 personnes à se réfugier au Bangladesh voisin, l’un des pays les plus pauvres de la planète. Le Bangladesh, qui accueille ces malheureux civils, hommes femmes et enfants, du mieux qu’il peut - et en l’occurrence le mieux malheureusement est bien proche du pire.

    Le pape ne verra pas les représentants musulmans en Birmanie

    Entassés dans des campements insalubres, face à des autorités locales et nationales débordées par la situation, ces apatrides chez eux en Birmanie, survivent ou meurent de l’autre côté de la frontière dans des conditions juste effroyables, d’un point de vue alimentaire et sanitaire notamment.

    Et voici donc le pape, ce pape qui s’est fait connaître par des déclarations claires sur les situations humaines les plus injustes. Que dira-t-il, ce Saint-Père des temps modernes, à Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la paix, celle qui a incarné physiquement la résistance à l’oppression, le souhait patient et déterminé de liberté, mais qui, une fois au pouvoir et face à ce drame, dénonce les terroristes Rohingyas, et le simplisme, selon elle, des gouvernements et des médias occidentaux ?

    Lui seul le sait sans doute. Ce qui est clair, c’est qu’il ne rencontrera pas en Birmanie les représentants des musulmans dans ce pays. Une forme de recul par rapport à de précédentes déclarations dans lesquelles le pape dénonçait « la persécution des frères Rohingyas ». Mais François souhaite aussi protéger et développer son Église tout juste renaissante en Birmanie, et il ne veut, ou ne peut affronter trop durement les autorités birmanes. Au Bangladesh, il rencontrera les dignitaires musulmans, mais ne devrait pas se rendre dans un camp de réfugiés.
    Une visite qui s’annonce donc comme un moment de vérité, ou de dure réalité diplomatique.


    Sur le même sujet

    • Vatican / Birmanie

      Le pape en Birmanie et au Bangladesh fin novembre

      En savoir plus

    • Vatican / Birmanie

      Le pape lance un appel pour la défense des Rohingyas de Birmanie

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.