GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Avril
Mardi 24 Avril
Mercredi 25 Avril
Jeudi 26 Avril
Aujourd'hui
Samedi 28 Avril
Dimanche 29 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le président sud-coréen espère conclure un «accord audacieux» au sommet intercoréen

    Macron en Afrique: un tout nouveau credo économique?

    Emmanuel Macron à son arrivée à Ouagadougou, accueilli par le président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kabore. REUTERS/Philippe Wojazer

    Emmanuel Macron entame donc sa tournée africaine à Ouagadougou où il s'adresse ce matin aux étudiants pour présenter sa vision de l'Afrique. Pour renouveler la relation entre France et Afrique, le président français devrait concentrer son action sur des sujets économiques.

    D’après les informations qui ont filtré de l’Elysée, les énergies renouvelables, l’entrepreneuriat et l’investissement font partie de ses priorités. Il veut donc parler innovation et secteur privé. L’aide publique au développement devient secondaire dans ce dispositif. Dans l’entourage du ministre des Affaires étrangères, on fait remarquer qu’elle n’a pas permis le décollage de l’Afrique ; il est temps, donc, de changer le logiciel du développement. Cela ne veut pas dire que l’assistance disparaît, mais en revanche l’idée d’un plan Marshall pour l’Afrique évoqué cet été par l’Allemagne est définitivement balayée, faute de moyens, mais aussi d’efficacité sur un continent où beaucoup de pays ne sont pas encore stabilisés, a fait remarquer le président Macron.

    Jouer collectif, néanmoins

    Pour sortir des impasses de la « Françafrique ». Et aussi, parce que, face à la Chine, il faut jouer collectif. L’Europe est encore de loin le premier partenaire commercial de l’Afrique. Mais, pour renforcer cette position et rendre la relation féconde pour les deux parties, il faudra peut-être revoir le cadre général. C’est-à-dire les fameux APE, les accords de partenariats économiques. Ils prévoient la disparition progressive des barrières douanières, un horizon effrayant pour les pays les plus fragiles, beaucoup hésitent encore à signer. Ces accords arrivent à échéance en 2020. Ne serait-il pas temps de les redéfinir, suggèrent des Africains ? Cela tombe bien c’est aussi l’avis du président Macron. Le sujet sera sur la table du sommet Union africaine - Union européenne qui démarre demain à Abidjan.

    Ce matin face aux étudiants, le président devrait également parler éducation. Pas de développement sans éducation, surtout sur un continent aussi jeune où les attentes sont énormes et les moyens insuffisants. La vitalité démographique de l’Afrique c’est un de ses atouts à condition que la croissance soit assez forte pour fournir revenus et emplois à tous. Comment faire de la croissance pour tous quand on sait que la population du continent va doubler d’ici 2050 ? Un sujet à traiter avec délicatesse, Emmanuel Macron l’a appris à ses dépens cet été quand il a évoqué le taux de natalité des femmes africaines. La formule malheureuse a terni son image sur le continent. Il devra donc trouver les mots justes pour parler formation et avenir à la jeunesse africaine qui va l’écouter avec attention ce matin.

    Un sujet qui fâche en Afrique francophone, le franc CFA

    Une monnaie néo-coloniale dénonce ses détracteurs. Faut-il s’en affranchir comme ces militants l’exigent ? Ce débat passionnel enfle dans la zone CFA. Pas sûr que le président Macron se risque à aborder frontalement et spontanément une question aussi sensible. A Paris où l’évolution du débat est surveillée comme le lait sur le feu, on estime que la balle est dans le camp des Etats africains, c’est à eux de décider souverainement de leur monnaie. Rachida Dati, eurodéputée du camp conservateur est allée à Abidjan récemment dans la perspective du sommet UE - UA et elle a lancé des ballons d’essai : « le franc CFA doit changer de nom, a-t-elle déclaré à la presse, et il faut imprimer les billets hors de France ». Voilà des propositions qui coupent court à une partie des revendications des anti CFA. Qu’en pense le président Macron ? On le saura peut-être dans les prochaines heures, Emmanuel Macron s’exprime à partir de 11 h 30, heure de Paris.

    EN BREF

    La Société Générale annonce la suppression de 900 emplois en France d’ici 2020. La banque tire les conséquences de l’automatisation accrue de ses services. Cette cure d’amaigrissement passera par des redéploiements et des départs volontaires.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.