GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Budget italien: l'Union européenne demande des «clarifications» à Rome (Commission)

    Brésil, les petits producteurs misent sur le café de spécialité

    Le Brésil devrait dès l’année prochaine devenir le numéro un mondial du café de spécialité. Getty Images/David Silverman

    Le Brésil se tourne de plus en plus vers le café de spécialité, le café de qualité supérieure, dont il pourrait même devenir en 2018 le premier producteur mondial. Une reconversion rentable : ce type de café est de plus en plus demandé.

    Premier exportateur mondial de café, le Brésil c’est déjà environ un tiers de la production de la planète. Le pays est plus connu pour la quantité que pour la qualité. L’an dernier, 85 % de la production était composée de café ordinaire.

    Mais le géant sud-américain produit de plus en plus du café de spécialité de type arabica. Il est réputé pour ses arômes et son goût, dont la qualité est bien supérieure que le café ordinaire. Le marché mondial est très prometteur, il enregistre une croissance annuelle de 15 % contre 2 % pour le café ordinaire. C’est pourquoi les producteurs de café brésiliens sont de plus en plus nombreux à en produire, malgré un travail complexe et rigoureux : qualité du terroir, de la cueillette, du tri, du lavage et du séchage des grains.

    Un café vendu deux fois plus cher que le traditionnel

    Peu importe la difficulté de ce processus, cela rapporte. Un sac de café de spécialité se vend deux fois plus cher que le café traditionnel. Surtout qu’il permet aux petits producteurs d’être à l'abris des fluctuations des cours du marché et de garantir leurs revenus. L’an dernier, les producteurs de café brésiliens ont ainsi augmenté leur production de 54 % par rapport à 2015.

    Selon l’Association brésilienne de café de spécialité, le Brésil devrait dès l’année prochaine devenir le numéro un mondial de ce type de café. Et le pays va y arriver au grand dam des autres producteurs. Les Brésiliens ont des moyens incomparables. Ils sont très puissants par nature en termes d’investissement et de capacité. Ils possèdent en outre des technologies plus avancées.

    Produit de grande consommation, le grain de café est la deuxième matière première la plus commercialisée dans le monde après le pétrole. Le café est devenu un enjeu économique et social important. Son marché pèse à peu près 100 milliards de dollars dans le monde et fait vivre environ 25 millions de familles dans 60 pays.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      Café : inquiétude sur l'avenir de la production

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Le Brésil importe du café vert pour la première fois de son histoire

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La Chine pourrait bouleverser le commerce mondial du café

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.