GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Janvier
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 23 Janvier
Mercredi 24 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le pape quitte Lima après une tournée au Chili et au Pérou
    • France/Prisons: la ministre de la Justice recevra lundi 22 janvier les organisations syndicales (communiqué)
    • Foot: Lyon inflige à Paris sa 2e défaite de la saison en Ligue 1 lors de la 22e journée (2-1, buts de Fekir et Depay contre un but Kurzawa)
    • Mahmoud Abbas va demander à l'UE de reconnaître l'Etat de Palestine (responsable palestinien)
    • CHAN 2018: le Maroc termine en tête du groupe A après son match nul face au Soudan (0-0), qui se classe 2e
    • France: deux surveillants agressés à Longuenesse (nord) par un détenu et conduits à l'hôpital

    Uranium: les groupes miniers réduisent drastiquement leur production

    Minerai d'uranium. ©creative commons

    Face à la surproduction d'uranium qui s'est installée depuis la catastrophe de Fukushima, les groupes miniers réduisent leur activité. Dernier en date, Kazatomprom, le fournisseur kazakh, numéro un mondial.

    Kazatomprom, le géant kazakh de l'uranium, va réduire sa production minière de 20% sur trois ans. 11 000 tonnes d'oxyde d'uranium seront retirées du marché d’ici 2020. Dont 4 000 tonnes dès l'an prochain: cela représente 7,5% de la production minière mondiale.

    On ne s'attendait pas à un tel sacrifice du groupe kazakh : il a les coûts de production les plus faibles au monde, ce qui lui a permis de quintupler sa production en 10 ans. Mais les prix de l’uranium sont tellement faibles que le leader mondial est obligé d’imiter ses concurrents.

    Du Kazakhstan au Niger

    Début novembre, le Canadien Cameco, le numéro deux, décidait de suspendre l’activité de sa mine géante de McArthur River, elle produit 6 000 tonnes d'uranium par an. 800 salariés seront au chômage technique en 2018. Le Français Areva, numéro trois mondial, d'ailleurs actionnaire à plus de 30% de cette mine canadienne, avait précédé le mouvement, en annonçant, en octobre, la suppression de 200 postes directs à la Somaïr, l'une de ses filiales au Niger, pour baisser sa production de 800 tonnes dans ce pays (moins 20%).

    Une demande croissante mais trop de stocks de combustible

    Il s'agit pour les groupes miniers de réduire l'excédent mondial d'uranium qui plombe les prix. Pendant toute l'année 2017, la livre d'oxyde d'uranium n'a pas décollé des 18 à 20 dollars. Elle valait plus de 135 dollars en 2007 et encore 40 dollars en mars 2011, juste avant la catastrophe de Fukushima.

    Depuis, même si la demande augmente régulièrement, le redémarrage des réacteurs japonais se fait attendre. Du coup la surabondance d'uranium inutilisé maintient les prix très bas sur le marché spot de l'uranium, hors des contrats à long terme : il y a trop de production minière comme de production secondaire, recyclée ou d'origine militaire. D'ailleurs le Département américain de l'Energie a renoncé au printemps dernier à vendre une partie de ses réserves pour ne pas encombrer davantage le marché. Il y a en outre les stocks qu'ont les opérateurs des centrales eux-mêmes.

    En réduisant la voilure, les groupes miniers espèrent donc un petit électrochoc sur le marché de l'uranium, mais pas une envolée des prix.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.