GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 23 Juillet
Mardi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Violences du 1er-Mai: mise en examen d'Alexandre Benalla et des quatre autres suspects (parquet)
    Dernières infos

    A la Une: les pays arabes contre Donald Trump

    © AFP/Pius Utomi Ekpei

    La décision unilatérale du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, et d’y déplacer l’ambassade américaine fait réagir sur le continent africain. Surtout dans les pays arabes, comme le rapporte le site marocain Telquel. Le Maroc où des manifestations ont eu lieu dans les villes d’Oujda, Berkane, Nador, ou encore la capitale Rabat. À Rabat par exemple, hier, des milliers de personnes sont descendues dans la rue à l’appel du « Groupe national d’action pour la Palestine » et « l’Association marocaine de soutien de la lutte pour la Palestine ». Le site Telquel, décrit une foule composée d’hommes, de femmes et d’enfants, venus afficher « leur mécontement ».

    Toujours selon le média en ligne marocain, « des slogans offensifs envers le président américain Donald Trump et le premier ministre israélien Benyamin Nethanyahu » ont été scandés, et des drapeaux américains et israéliens ont été « piétinés ». Il y a eu également des manifestations en Tunisie ce week-end. « Le cœur de la Tunisie bat pour la Palestine » titre le site d’information tunisien Webdo. Le quotidien tunisien La Presse parle lui d’une « remobilisation de la jeunesse, celle qui n’a pas connu les intifadas palestiniennes de 1987 et 2000 ».

    Toujours selon ce quotidien « cette génération avait en effet quelque peu oublié la souffrance palestinienne. Mais Trump donne aujourd’hui l’occasion aux peuples arabes et musulmans de reprendre conscience de l’enjeu d’une telle décision ».

    RDC : les corps des casques bleus tanzaniens bientôt rapatriés

    Dans l’actualité africaine également, les corps des casques bleus tanzaniens, tués jeudi dernier dans l’est de la République démocratique du Congo, seront rapatriés demain (mardi) ou mercredi. C’est ce qu’indique le numéro deux de l’armée tanzanienne. « Nous sommes en train d’y travailler avec les Nations Unies », déclare-t-il, des propos rapportés par Jeune Afrique. Le magazine qui rappelle que cette attaque est la pire subit par des Casques bleus depuis 24 ans en RDC.

    Suite à cette attaque, le site burkinabè Le Pays s’interroge : « à qui profite le crime ? ». Si « certaines sources pointent du doigt les rebelles ougandais de l’ADF (les Forces armées démocratiques) », le média dit craindre que le président Kabila ne tire « les dividendes » de cette attaque. Selon Le Pays « Kabila pourrait désormais se saisir de la situation sécuritaire délétère dans son pays pour justifier son incapacité à organiser les élections à bonne date, et ce afin de prolonger indéfiniment son mandat ».

    Burkina Faso : 57 ans d’indépendance

    Le site Le Pays qui revient aussi sur l’anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso. C’était il y a 57 ans jour pour jour. Le 11 décembre 1960, la Haute Volta, devenue Burkina Faso, accède à l’indépendance. Et à cette occasion, le site Le Pays dresse le bilan de ces 57 années d’indépendance, et souligne les défis qui restent entiers selon lui.

    Sur le plan politique tout d’abord, « l’histoire du pays a été assez mouvementée » rappelle le site burkinabè. Avec par exemple le soulèvement populaire de 1966, ou plus récemment l’insurrection de 2014, qui a vu la chute du régime de Blaise Compaoré après 27 ans de règne.

    Pour ce qui est de l’économie, « le Burkina reste toujours fortement dépendant de l’aide internationale », et « l’autosuffisance alimentaire reste un mirage » déplore Le Pays. Le Pays qui dénonce également un « système éducatif au plus mal  », et « la corruption » qui mine la société. « Des chantiers énormes », mais le média burkinabè se veut optimiste. « Au milieu de toute cette grisaille» est-il écrit, « le peuple burkinabè a su prouver qu’il a une histoire et qu’il est loin d’être un peuple résigné. Un peuple qui refuse la fatalité, et qui a su par deux fois au moins, se débarrasser de dirigeants qui ne correspondaient plus à ses aspirations ».

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.