GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 20 Mai
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 25 Mai
Samedi 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Café arabica: le retour de la Colombie et du Honduras

    La Colombie et le Honduras font leur grand retour sur le marché du café arabica. HECTOR RETAMAL / AFP

    L'Amérique centrale a plus que retrouvé son niveau de production d'arabica avant l'épidémie de rouille, qui avait détruit ses caféiers.

    La Colombie et le Honduras font leur grand retour sur le marché du café arabica. L'an dernier et cette année les productions sont exceptionnelles. L'épidémie de rouille, qui avait ruiné les vergers en 2012-2013, n'est plus qu'un mauvais souvenir. Mais il a fallu rénover les plantations. En Colombie près de la moitié des caféiers âgés ont été remplacés par de jeunes plants résistants à la maladie. Et ces nouveaux caféiers n'ont commencé à donner que l'an dernier.

    Mais c'est aujourd'hui l'arabica d'Amérique centrale. Le Honduras, comme le Nicaragua ont non seulement retrouvé leur niveau de production d'avant l'épidémie, mais ils l'ont battu. La production hondurienne, moins de 6 millions de sacs (de 60 kilos) avant l'épisode de rouille, devrait dépasser les 8 millions 300 000 sacs en 2017-2018.

    Remplacer la coca colombienne par du café

    En Colombie, on devrait récolter 15 millions de sacs d'arabica d'ici la fin de la campagne, deux millions de plus qu'il y a deux ans. En 2024, c'est même une production de 18 millions de sacs que le président colombien Juan Manuel Santos ambitionne d'atteindre, en convertissant les surfaces de coca des anciennes régions de guérilla en plantations de café, maintenant que l'accord de paix a été signé avec les FARC. L'an dernier c'est plutôt à une forte extension des surfaces de coca qu'on avait assisté, +52%.

    Le retour de l'Amérique centrale signifie qu'il y aura, en 2017-2018, encore plus d'arabicas fins lavés haut de gamme disponibles, mais le gros de la production d'arabica est ailleurs, c'est l'arabica nature du Brésil et les quantités, elles, seront en recul cette année. Pourtant les cours de l'arabica, au lieu de bondir, se replient, ils sont au plus bas depuis cinq mois, (moins d’1,23 dollar la livre ce lundi) parce que les spéculateurs anticipent déjà la production brésilienne exceptionnelle de l'année suivante, en 2018-2019. Ils sont aussi rassurés par l'avalanche de café robusta du Vietnam (1742 dollars la tonne) qui va débouler dès cette campagne sur le marché, après une année très tendue.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.