GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
Lundi 22 Janvier
Mardi 23 Janvier
Aujourd'hui
Jeudi 25 Janvier
Vendredi 26 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Ouganda: favoriser l’investissement dans les énergies renouvelables

    Un ouvrier dans la manufacture de coton Fine Spinners qui a bénéficié du programme Sunref, à Kampala, le 8 décembre 2017. ©RFI/Charlotte Cosset

    L'Ouganda est un pays en plein développement. L'électrification et l'industrialisation sont des enjeux majeurs qui s'accompagnent du défi de la protection de l'environnement. Kampala est une ville particulièrement polluée. Les taux de particules fines y sont supérieurs à ceux de la ville de Shanghaï, selon une source de l’OMS. Des efforts sont faits par les autorités de la capitale ougandaise pour encourager l'utilisation des énergies renouvelables. Mais pour cela, il faut favoriser les investissements dans les énergies vertes. C'est ce que l'Agence française de développement souhaite faire à travers le projet Sunref. Sunref, ce sont des « crédits verts » à taux préférentiels. Des crédits uniquement accessibles aux projets liés au développement durable.

    Spine Spinners est une usine de textile implantée en plein cœur de Kampala. Des kilomètres de fils et de tissus se déroulent dans de gigantesques bâtiments. Cette manufacture a décidé de changer sa chaudière qui fonctionnait à l'énergie fossile pour passer à un système biomasse. Un investissement important facilité par le programme Sunref.

    « Cela nous permet de respirer, explique Rikin Shah, directeur financier de l'usine... Au lieu de bloquer toute notre liquidité dans le montant global du projet - 450 000 dollars - c'est une bonne alternative pour nous d'être financé via Sunref. En termes d'impacts financiers, depuis que nous avons changé la chaudière nous avons diminué nos frais par deux. Normalement le retour sur investissement pour ce genre de projet se fait sur une période de 3 à 5 ans. Mais avec cette chaudière, le retour sur investissement se fait en un an ! »

    Sunref, c'est un budget initial de 10 millions de dollars dont la moitié devrait être dépensée dès le premier trimestre de 2018. Varghese Thambi est le directeur général de DTB Ouganda, la banque partenaire de ce programme. Il affirme que les entreprises sont attirées par ces prêts.

    « Bien sûr qu'elles sont intéressées. Parce que si elles obtiennent des financements de long terme à bas coût, elles sont plus que contentes. Par exemple, pour un prêt en devise étrangère en Ouganda, le taux est actuellement en moyenne de 11%. Alors qu'avec ce programme nous le faisons à 6%. »

    Une initiative intéressante financièrement dans un pays où les prêts sur plusieurs années ne sont pas encore la norme. Mais une initiative aussi innovante. Pour Kenneth Kitariko, le président de la DTB, l'Ouganda doit être leader en la matière. Dans ce pays où moins d'un tiers du territoire est électrifié, les possibilités sont énormes...

    « Je pense que nous ne devrions pas passer à côté de cette opportunité afin de favoriser le développement, faire des profits raisonnables mais aussi développer l'efficacité énergétique et que les Ougandais en bénéficient. Donc oui, une banque peut faire des prêts et que les projets soient réussis à la fois en terme de profit mais aussi de développement social. »

    Ce programme est plébiscité par les entreprises. Cinq projets ont ainsi déjà été financés. Six autres sont en cours de validation. Et une quinzaine de dossiers pourrait être encore traitée dans les mois à venir.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.