GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Janvier
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 23 Janvier
Mercredi 24 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A la Une: le contrôle renforcé pour les chômeurs

    Pole Emploi REUTERS/Charles Platiau

    Les révélations du Canard Enchaîné mercredi 27 décembre sur les intentions du gouvernement de durcir le contrôle pour les demandeurs d’emploi sont largement commentées ce matin dans la presse.

    Alors, d’abord, les faits : « que prévoit le gouvernement ? », s’interroge Libération. « Selon le document dévoilé par Le Canard, l’exécutif souhaite durcir les sanctions visant les chômeurs jugés trop peu motivés par le retour à l’emploi. Une implication insuffisante, le refus d’une formation ou le rejet de deux offres d’emploi "raisonnables" entraîneraient à l’avenir une diminution de 50 % de l’indemnisation pendant deux mois. En cas de récidive, elle serait totalement supprimée pour la même durée. L’ardeur du demandeur d’emploi serait notamment évaluée sur la base d’un "rapport d’activité mensuel", rédigé par ce dernier et énumérant l’ensemble de ses démarches. »

    « Que changerait la réforme ? » Réponse de Libé : « le projet du gouvernement représente bien un durcissement (par rapport aux dispositifs actuels). Reste à savoir si le projet sera appliqué tel quel. C’est loin d’être acquis, estime le journal. Le gouvernement a en effet invité, mi-décembre, syndicats et patronat à négocier entre eux sur la future réforme de l’assurance chômage. »

    Ballon d’essai

    En effet, précise La Croix, « A l’invite du gouvernement, les partenaires sociaux se retrouveront dans quelques jours pour prendre à bras-le-corps la réforme de l’assurance-chômage. C’est dans ce contexte qu’il faut lire la note « confidentielle » du ministère du Travail, que publie Le Canard enchaîné. En l’état, ladite note a tout l’air de ce qu’on appelle un "ballon d’essai", relève La Croix. Il y a donc fort à parier que le texte ne sera pas celui qui sortira de la négociation en février prochain. Il n’empêche, cette approche, punitive, laisse perplexe, estime le quotidien catholique. Compterions-nous, en France, trois millions et demi de fraudeurs ? Trois millions et demi de chômeurs insoucieux ? Bien sûr que non. Cette manière délétère, assez constante dans notre pays, de suggérer que les personnes en recherche d’emploi ne font pas ce qu’il faut est non seulement odieuse mais inefficace. »

    L’Humanité hausse le ton : « l’objectif de cette mise en examen des chômeurs répond à l’objectif de dégonfler les statistiques du chômage. Mais elle vise plus fondamentalement à contraindre les privés d’emploi à accepter n’importe quel poste, à s’engager sur un véritable toboggan social, à admettre la précarité comme nouveau mode d’existence. Déjà, rappelle le quotidien communiste, un chômeur sur deux n’est pas indemnisé. »

    Attention, prévient également L’Est républicain, « il est vrai qu’à trop mettre l’accent sur la contrainte, c’est faire sienne l’idée qu’il existerait un chômage choisi alors que, toutes les études le montrent, il est très majoritairement subi. Et, surtout, cela n’entame en rien la ligne d’une courbe qui commence à s’infléchir mais reste haut perchée juste sous la barre des 10 %. Alors, oui au contrôle, estime le quotidien lorrain. Mais il reste à définir des notions bien floues : la recherche insuffisante (d’emploi) et l’offre raisonnable par exemple. Il reste aussi à mettre en place un vrai volet formation d’aide au retour à l’emploi. »

    Le chômage en baisse

    En parallèle à ce dossier, le chômage continue de baisser : -0,8% en novembre. « Le recul est plus spectaculaire sur trois mois, relèvent Les Echos, (-2,4 % soit 86 300 chômeurs de moins) et une tendance qui repasse dans le vert sur les douze mois (-0,1 %). (…) Même s’il renvoie à 18 ou 24 mois pour voir des "résultats significatifs" sur le front du chômage après la réforme du Code du travail. Emmanuel Macron peut au moins se satisfaire, pointe le quotidien économique, de constater que depuis qu’il a été élu, les effectifs de la catégorie A ont baissé de 40 000. »

    Les riches encore plus riches

    A l’autre bout de l’échelle, tout va bien pour les très riches. Ainsi, nous apprend notamment Le Figaro, « les milliardaires se sont enrichis cette année de 1 000 milliards de dollars. » En effet, précise le journal, « les 500 personnes les plus riches au monde ont vu leur fortune augmenter de 23% entre 2016 et 2017 pour atteindre près de 5 400 milliards de dollars. Cette somme équivaut à plus de deux fois le PIB de la France. Cet accroissement du patrimoine des actionnaires des firmes mondialisées s'explique par l’envolée des bourses mondiales en 2017. »

    Alors, le classement : « le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, arrive en tête, pointe Le Figaro : il est devenu l’homme le plus riche du monde en 2017. Sa fortune s’est accrue de 34,2 milliards en un an et frôle désormais les 100 milliards de dollars. Jeff Bezos devance ses compatriotes américains Bill Gates (co-fondateur de Microsoft) et Warren Buffett, tandis que le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, arrive en cinquième position. Le Français Bernard Arnault, propriétaire du groupe de luxe LVMH, devient la sixième fortune mondiale et Ingvar Kamprad, fondateur d’Ikea, pointe en dixième position. »

    L’œil de Pékin

    Enfin, « Big Brother : l’œil de Pékin » : c’est le dossier de Libération ce jeudi. « Près de 200 millions de caméras, 40 millions d’échantillons vocaux et un milliard de visages enregistrés dans les bases de données de la police : le régime chinois pousse la surveillance de ses citoyens à des niveaux jamais atteints jusqu’à présent. »

    Exemple de cet incroyable flicage, relate Libération : « début décembre, un reporter de la BBC avait mis au défi les autorités de la ville de Guiyang (dans le sud-ouest de la Chine) de le retrouver à partir d’une photo qu’il avait confiée à la police. En seulement sept minutes, les Chinois l’ont identifié et localisé. »

    Commentaire du journal : « Orwell l’avait imaginée, Xi Jinping l’a réalisée. La société du flicage de masse décrite dans le célèbre 1984, qui nous paraissait de la pure science-fiction il y a quelques années encore, est devenue une réalité en Chine. (…) Cette société-là préfigure-t-elle le monde de demain ou reste-t-elle étroitement liée à la nature du régime chinois qui a tous les atours d’une dictature ? Pour l’heure, les démocraties ont encore des digues qui tiennent bon. Notamment un arsenal législatif qui permet d’éviter les dérives policières et sécuritaires. » Mais attention, prévient Libération, « qui aurait dit il y a quelques années que, dans un pays comme la France, des dispositions de l’état d’urgence finiraient par être inscrites dans le droit commun ? A chacun d’entre nous d’entretenir une vigilance de chaque instant. Big Brother a bien plus d’attrait quand il reste un objet de fiction. »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.