GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Avril
Mardi 24 Avril
Mercredi 25 Avril
Jeudi 26 Avril
Aujourd'hui
Samedi 28 Avril
Dimanche 29 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le président sud-coréen espère conclure un «accord audacieux» au sommet intercoréen

    A la Une: de Mister George à Mister President

    George Weah dans les studios de RFI, mardi 19 août 2014. RFI/ Mylène Renoult

    C’est ce jeudi que l’on devrait connaître les premiers résultats provisoires du second tour de la présidentielle au Liberia qui a opposé mardi la légende du foot, George Weah, et le vice-président sortant, Joseph Boakai.

    Mais pour la presse ouest-africaine, les jeux semblent déjà faits…

    En premier lieu, pour les quotidiens libériens. « Le président Weah ? », s’interroge ainsi The New Dawn à Monrovia. « Certains partisans du CDC, la Coalition pour le Changement Démocratique, ont d’ores et déjà fait éclater leur joie à travers tout le pays, note le journal, après les premiers résultats officieux annoncés par certaines radios. Des résultats qui semblent favoriser le candidat du CDC, George Weah. » D’après un membre du parti, cité par The New Dawn, « ces résultats, provenant de l’ensemble des comtés, ne sont pas surprenants. Il était clair que nous savions tous que George Weah allait gagner. »

    Le poids des réseaux sociaux

    Dès hier, la nouvelle courrait sur les réseaux sociaux. Comme en témoigne le site d’information marocain Le 360 : « les réseaux sociaux s’enflamment en annonçant la victoire de George Weah à l’élection présidentielle libérienne. Plusieurs comptes Twitter ont annoncé sa victoire et les félicitations ont fusé de partout, rapporte le site marocain. Et comme ce fut le cas au premier tour, ces "fake news" en ont trompé plus d’un. Cette fois-ci encore certaines personnalités se sont précipitées pour être les premières à féliciter l’ancienne star et unique Ballon d’or africain. C’est le cas, rapporte Le 360, du président namibien Hage Geingob qui a salué, via Twitter, cette victoire de Weah tout en souhaitant que la Namibie et le Liberia puissent renforcer leurs relations. De même, le gouverneur de l’Etat d’Ekiti au Nigeria a félicité "Mister George" pour sa "victoire". En attendant, rappelle le site marocain, il faut souligner que la Commission électorale libérienne n’a transmis aucun résultat officiel de ce second tour. »

    Plus l’ombre d’un doute…

    Malgré tout, pour Wakat Séra, au Burkina, c’est plié. « Le suspense est-il encore de mise dans l’attente des résultats de la présidentielle libérienne ? En tout cas, le verdict des urnes, s’il n’est pas encore officiel, a déjà été donné par des radios qui ont compulsé à leurs niveaux, les comptages issus des procès-verbaux du dépouillement qui, du reste, se poursuit. Ce qui ne fait plus l’ombre du moindre doute sur ces ondes et à la Une des réseaux sociaux, c’est que l’heureux successeur du prix Nobel de la paix, Ellen Johnson Sirleaf, n’est autre que l’ancienne gloire du football africain, George Weah. Après une élection sans grands couacs, à en croire les observateurs dont ceux de l’Union européenne, le Libéria continue de baigner dans ce climat de convivialité : Joseph Boakai aurait même déjà pris son téléphone, toujours à en croire les fans de la toile, pour féliciter son adversaire d’hier. »

    Et demain ?

    Et Wakat Séra de s’interroger sur la suite des événements. « George Weah sera-t-il à même de porter les aspirations de tout un peuple marqué au fer par les guerres et des épidémies meurtrières comme Ebola ? Sans oublier que la corruption endémique, le sport national le mieux pratiqué, a ruiné ce petit pays qui pourtant est la première république du continent. De fait, Mister George, brillant sur les terrains de football, à qui ses détracteurs reprochent un programme de gouvernance peu étoffé et un cursus scolaire plus que faible, devra trouver la potion magique contre ce mal qui gangrène l’économie libérienne et rend hypothétique tout développement véritable. »

    Sacré Mister George !

    Enfin, pour L’Inter en Côte d’Ivoire, les jeux sont faits également : « il n’y était pas attendu. Certainement. Il y a cru. Fortement. Contre vents et marées. Avec détermination et abnégation. Il y est parvenu. Finalement. Du rectangle vert à l’arène politique. Ce n’était pas gagné. Il a fallu la force de l’ambition. 2005, 2011 et maintenant 2017. Sacré Mister George. Le fabuleux destin du footeux. Auréolé d’un autre trophée. Au plus haut niveau. Eh oui ! Une voie de tracée. Un message fort éloquent : tout est possible. Seulement y croire. Comme Mister George. »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.