GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 21 Avril
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
Mardi 24 Avril
Aujourd'hui
Jeudi 26 Avril
Vendredi 27 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A la Une: 2017, le climat s’emballe

    Les membres des délégations internationales jouent avec un ballon géant à l'extérieur de la conférence climatique COP22 le 18 novembre 2016, à Marrakech au Maroc. FADEL SENNA / AFP

    « 2017, le climat s’emballe » titre le quotidien Le Monde. Selon les données de l’Organisation Météorologique Mondiale, l’année en cours sera en effet « l’une des trois plus chaudes observées depuis le début des relevés à la fin du 19e siècle ».

    Et rien ne laisse présager un tassement de cette tendance. C’est même le contraire affirme la climatologue et chercheuse Valérie Masson-Delmotte. Elle explique que « le plus fort taux de croissance de dioxyde de carbone (le CO2) » dans l’atmosphère « a été relevé entre 2015 et 2016 ».

    Outre l’envolée des températures, et du taux de gaz à effet de serre, Le Monde revient sur les évènements météorologiques extrêmes qui ont marqué cette année. A commencer par la saison cyclonique très intense entre les mois d’août et octobre. Une série de 10 ouragans consécutifs a ainsi frappé l’Atlantique Nord. Avec par exemple l’ouragan Harvey aux Etats-Unis à la fin du mois d’août. Mais aussi, Irma qui dévaste les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy ou encore, Maria, qui a touché la Guadeloupe et la Martinique, avant de ravager Porto Rico.

    Parmi les conséquences de cette saison cyclonique hors norme, Le Monde met en avant les pertes économiques. Le géant de la réassurance a rendu publique son estimation du coût des catastrophes naturelles pour 2017 : 306 milliards de dollars, soit 258 milliards d’euros, contre 188 milliards en 2016.

    De plus en plus de médecins diplômés à l’étranger viennent exercer en France

    C’est un sujet tabou, et le symptôme de la crise de l’hôpital selon Libération. « Face à la pénurie de personnel, nombre d’établissements, en particulier dans les zones peu attractives, ont de plus en plus recours à des praticiens formés à l’étranger ».

    Le quotidien donne plusieurs exemples. Parmi eux, l’hôpital de Château-Thierry, dans le Nord, où sur 59 médecins, 10 sont titulaires d’un diplôme d’un autre pays de l’Union européenne, et 19 d’un pays hors Union, soit en tout 11 nationalités différentes.

    Autre cas, celui de l’hôpital de Dreux en Eure-et-Loir où sur 102 médecins, 68 ont un diplôme étranger. « La situation, raconte un ancien chef de service, est un drame, parce que les autorités (…) ne prennent pas la mesure de l’aspect social de l’hôpital. On fait des économies ».

    En effet, en raison de leur statut, les médecins diplômés à l’étranger sont souvent moins payés. Beaucoup d’entre eux travaillent également sous des statuts précaires, avec des contrats courts, et sans perspective d’évolution.

    Une situation complexe donc. D’autant que d’après Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France interrogé par Libération, « un grand nombre d’établissements ne pourraient pas fonctionner » sans ces médecins aux diplômes étrangers.

    Comment juger les Français partis faire le djihad

    Le Figaro revient sur l’arrestation de Thomas Barnouin, le 17 décembre dernier en Syrie. Agé de 36 ans, originaire d’Albi dans le Sud Ouest, il était parti pour le jihad en 2014. C’est un proche, notamment, de Fabien et Jean-Michel Clain, soupçonnés d’avoir joué un rôle dans la préparation des attentats du 13 novembre 2015 à Paris.

    Thomas Barnouin a donc été arrêté par une organisation militaire kurde. Reste maintenant à savoir s’il sera livré à la France, ou si les Kurdes décideront de le juger eux-mêmes.

    « Qui va juger les djihadistes français arrêtés en Syrie ? » C’est d’ailleurs la question que se pose le journal La Croix. L’avocat Patrick Baudouin, président d’honneur de la Fédération internationale des droits de l’homme, explique que cette dernière « a compétence pour poursuivre tout ressortissant français qui se rend coupable d’activités relevant du crime, quel que soit le lieu du crime ».

    Mais, dans le cas de Thomas Barnouin, la situation est plus complexe. Il est en effet détenu par l’entité kurde de Syrie, qui n’a pas de reconnaissance internationale. « L’affaire ne relève donc plus du droit international, mais de la seule négociation ».

    La Croix précise enfin que, « selon le gouvernement français, environ 1 700 Français sont partis rejoindre les zones jihadistes irako-syriennes à partir de 2014. Sur ce total, au moins 278 sont morts, et 302 sont revenus en France, dont 58 mineurs ».

    George Weah à la tête du Libéria

    Le quotidien sportif L’Equipe y consacre un long article, dans lequel il revient évidemment sur le passé de footballeur de George Weah. Lui qui a, entre autres, évolué au Paris Saint-Germain et au Milan AC, et qui reste encore aujourd’hui le seul Ballon d’or africain du foot européen. Un prix qu’il a reçu en 1995.

    De son côté, Le Figaro, s’intéresse aux immenses défis qui attendent le président élu. Le quotidien rappelle que George Weah a promis d’endiguer la corruption, et d’agir pour la santé. On se souvient de l’épidémie d’Ebola, qui a fait près de 5 000 morts en 2014, et qui a, explique Le Figaro, mis en lumière les carences du Liberia dans le domaine de la santé.

    Le réveillon au service des autres

    Pendant que d’autres fêteront la nouvelle année entre amis ou en famille, eux seront par exemple aux côtés des SDF, ou au chevet des malades. Ainsi, Hervé, 54 ans, passera la soirée du 31 ans dans un réfectoire à Paris. Comme une trentaine d’autres volontaires, il servira un repas aux sans-abris, aux mal logés, ou encore aux migrants. « Ca me fait plaisir de leur faire plaisir » confie Hervé, « en m’engageant (…) je suis en accord avec moi-même (…) car je veux me battre contre la misère ».

    Le Parisien donne également la parole à Stéphane, docteur de 62 ans, dont 32 passés au service de SOS Médecins. « Le 31 c’est la plus formidable des gardes », clame-t-il avec enthousiasme. Il explique : « Les gens sont reconnaissants et notre métier prend tout son sens ». Au programme du réveillon de Stéphane, ce sera donc « des doigts entaillés, des gastro-entérites (…) mais aussi des drames de la solitude ».

    D’après le médecin, « elle est exacerbée ce soir-là et n’épargne personne ».
    Il raconte qu’une année, il est arrivé dans l’appartement de « quelqu’un de très connu » qui avait dressé une table pour qu’il prenne le café avec lui.

    Le réveillon solidaire de Stéphane, Hervé, mais aussi Norbert ou encore Nawal c’est à lire dans Le Parisien d’aujourd’hui.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.