GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 22 Juillet
Lundi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Des écrans pour retrouver l'équilibre

    L'équilibre n'est pas inné, il nécessite trois outils pour fonctionner: la vue, le système vestibulaire et la proprioception. Flickr.com CC BY-ND 2.0 / Hanna Irßlinger Fotografie

    Pour beaucoup, les écrans sont mauvais pour la santé. Mais ce n’est peut-être pas toujours le cas. Ils peuvent servir d’outils thérapeutiques chez des patients qui souffrent de troubles de l’équilibre. C’est en tout cas ce qu’essaie de démontrer une équipe de chercheurs à Grenoble. Une approche originale, qui ne nécessite pas de grosse installation, et qui a le grand bénéfice de ne pas faire appel du tout aux médicaments.

    Comment est-ce qu’on tient debout ? C’est tellement banal que l’on n’y réfléchit même pas, alors que la réponse n’est pas si simple que ça. Notre organisme a trois outils pour y parvenir :  la vue, le système vestibulaire (une partie de l'oreille interne qui contribue notamment à la sensation de mouvement) et la proprioception (la capacité inconsciente à savoir où se trouvent les différentes parties de notre corps).

    Quand l’un de ces outils se détraque, notre cerveau compense en utilisant plus les deux autres. C’est notamment le cas quand il y a un souci avec le système vestibulaire. Mais un sens sur trois pour tenir debout, ça ne suffit pas. C’est pour cette raison qu’Olivier Martin et son équipe ont développé un système pour forcer le cerveau à utiliser toutes les informations qu’il peut trouver, GIPSA-Grenoble.

    Perturber les sens pour entraîner le cerveau

    L’idée est donc de gêner volontairement le cerveau. Le dispositif mis en place à Grenoble consiste à mettre un très grand écran juste devant la personne pour qu’il emplisse tout le champ de vision. Les cherceurs y font défiler des formes pour perturber la vision. Dans le même temps, une sorte de balance mesure l’équilibre.

    Le seul échappatoire pour que le cerveau maintienne debout la personne est d’aller chercher toutes les bribes d’information qu’il peut trouver, même si elles sont de mauvaise qualité. En répétant l’expérience, séance après séance, ça marche ! Les patients avec des problèmes d’oreille interne qui ont suivi ce traitement ont réussi à entraîner leur cerveau. Ils parviennent, sans effort de concentration, à assurer leur équilibre, même dans des environnements visuels perturbants. Le tout sans utiliser un seul médicament, contrairement aux méthodes plus traditionnelles.


    Sur le même sujet

    • Autour de la question

      Comment mieux diriger notre cerveau?

      En savoir plus

    • Autour de la question

      Pourquoi l'hypnose?

      En savoir plus

    • Autour de la question

      Pourquoi et comment cartographier notre cerveau?

      En savoir plus

    • France / Santé et médecine

      Les perturbateurs endocriniens affectent le comportement des petits garçons

      En savoir plus

    • Autour de la question

      Comment se concentrer dans un monde de distractions? (Rediffusion)

      En savoir plus

    • Nouvelles Technologies

      La technologie au service des handicapés

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.