GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
Mardi 24 Avril
Mercredi 25 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 27 Avril
Samedi 28 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Début de la réduction de la masse monétaire en circulation en Mauritanie

    Le 1er janvier 2018, ce billet de 1000 ouguiyas sera remplacé par un billet de 100 ouguiyas, mais il gardera la même valeur. Wikimedia Commons / Ji-Elle

    La monnaie mauritanienne change d’unités à partir de ce 1er janvier 2018. La mesure avait été annoncée par le Président Mohamed Ould Abdel Aziz lors de la fête de l’indépendance du pays le 28 novembre dernier.

    C’est un changement de base, selon le gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie, Abdel Aziz Ould Dahi :

    « Au 31 décembre ou avant le 1er janvier, si je disposais de 300 ou de 100 ouguiyas, ces 300 ou ces 100 deviennent automatiquement par cette mesure, 30 ou 10. »

    Tous les billets d’ouguiya perdent donc un zéro, mais ça ne veut pas dire que le pouvoir d’achat de cette monnaie va changer, affirme Abdel Aziz Ould Dahi :

    « Il n’y a pas de changement de valeur parce que le pouvoir de transaction ou le pouvoir d’achat, que procure cette monnaie-là, restent exactement les mêmes. Ce que j’achetais avec un montant de 300 dans l’ancienne monnaie, je vais pouvoir exactement l’acheter avec le montant de 30 dans la nouvelle monnaie. »

    Et pourtant, le gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie admet que l’augmentation de la masse monétaire en circulation avait conduit à un affaiblissement de la devise nationale :

    « Aujourd’hui dans un commerce en Mauritanie, vous ne pouvez pas avec 10 ouguiyas avoir un produit quelconque. »

    Une érosion monétaire qui avait conduit à une faible utilisation des pièces de monnaie au profit des billets. Redouté par les Mauritaniens, ce changement effraie peu ceux qui travaillent avec des entreprises étrangères, notamment dans le domaine du tourisme. Abderrahmane Doua :

    « Il y a un taux fixe entre la nouvelle monnaie et l’ancienne monnaie. Je ne pense pas qu’il y ait d’inquiétude à ce sujet. Nous, opérateurs du tourisme, nous travaillons avec des entreprises étrangères, des tours opérateurs, qui sont payés en euros. A la banque centrale aujourd’hui le taux de l’euro est d’environ 423 ou quelque chose comme ça. Au premier janvier il sera de 42,3. Donc il n’y a pas de problèmes pour nous. Je pense qu’il n’y aura aucune influence sur notre activité. »

    C’est même plutôt une bouffée d’oxygène, selon le gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie :

    « Je conçois ça comme une bouffée d’oxygène supplémentaire pour le système financier monétaire mauritanien parce qu’il va d’une part améliorer la bancarisation et on la vit aujourd’hui déjà. Les statistiques sur le tableau de bord de la banque centrale montrent que nous avons une amélioration significative des réserves des banques. Cela veut dire que beaucoup de citoyens se sont déjà dirigés au niveau des banques pour faire des dépôts et donc pour ouvrir des comptes. »

    Les Mauritaniens ont toute l’année 2018 pour remplacer les désormais anciens billets de l’ouguiya par les nouveaux.


    Sur le même sujet

    • Mauritanie

      Le 1er janvier 2018, la monnaie mauritanienne va perdre un zéro

      En savoir plus

    • Mauritanie

      Mauritanie: flambée des prix à l'approche de la réforme sur la monnaie

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.