GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
Lundi 22 Janvier
Mardi 23 Janvier
Aujourd'hui
Jeudi 25 Janvier
Vendredi 26 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Du blé dur bientôt au Sénégal ?

    La production de blé dur pourrait, en plus d'apporter des gains importants, améliorer les régimes alimentaires autant en ville que dans les zones reculées. Getty Images/ Puneet Vikram Singh

    Mangera-t-on bientôt des pâtes, du couscous des biscuits fabriqués à partir de blé dur produit au Sénégal ? C’est le pari en passe d’être réussi par une équipe de chercheurs qui travaillent sur des semences non OGM adaptées au climat.

    Dans le nord du Sénégal, dans la désormais célèbre vallée du riz, à côté de Podor, le professeur Madiama Cissé et ses collègues de l’Institut sénégalais de recherche agricole plantent, observent, replantent, analysent différentes espèces de blé dur depuis 4 ans. « On sélectionne à chaque génération, résistance au manque d’eau, à la chaleur, aux insectes, on récupère les meilleures caractéristiques. Aujourd’hui, la réussite est là », constate-t-il.

    Les chercheurs, appuyés par des équipes venues d’Espagne et d’Italie, sont désormais sur le point d’homologuer plusieurs espèces de blé dur qui résistent à des températures de 35 à 40 degrés, une véritable prouesse, car des essais, des études sont menées depuis plus de 30 ans dans toute la zone sahélienne, sans résultats jusque-là, souvent par faute de moyens financiers. « Nous avons fait évoluer des semences venues d’Égypte. Là-bas, elles poussent en 120 jours, ici les rendements sont équivalents au bout de 90 jours », explique le professeur.

    200 millions de dollars de revenus potentiels

    Quatre-vingt-dix jours, 3 mois qui correspondent exactement à la période de battement entre les deux saisons de culture du riz. « Entre novembre et mars, les agriculteurs pourraient donc faire pousser ce blé dur et engager le développement d’une filière locale ». Une filière qui pourrait produire chaque année 600 000 tonnes de blé dur et générer à terme plus de 200 millions de dollars de revenus pour le secteur agricole et permettre la production locale de pâtes, de couscous. Et limiter donc les importations.

    Le plus difficile reste désormais de convaincre les paysans de se lancer. Il faudra pour cela professionnaliser, financer le secteur. Le blé dur a enfin des qualités nutritionnelles, il contient cinq fois plus de protéines, de vitamines, de minéraux que le riz. Cette production pourrait ainsi, en plus d’apporter des gains importants, améliorer les régimes alimentaires autant en ville que dans les zones reculées.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      Après une très belle année, le blé russe va s'exporter davantage

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Le blé français s'exporte mieux que prévu sauf en Afrique

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Le blé français rare et pas cher

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.