GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Avril
Vendredi 20 Avril
Samedi 21 Avril
Dimanche 22 Avril
Aujourd'hui
Mardi 24 Avril
Mercredi 25 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La Bulgarie présidente de l'Union européenne en janvier 2018

    Le centre-ville de Sofia, capitale de la Bulgarie. ©an Kruger/Getty Images

    La Bulgarie prend la présidence tournante du conseil de l'Union européenne en janvier. Le pays, le plus pauvre et le plus corrompu de l'UE veut s'imposer dans la région des Balkans, tout en maintenant un équilibre avec ses puissants voisins : la Turquie et la Russie.

    De notre correspondant à Sofia,

    La corruption est toujours un gros problème pour la Bulgarie et elle est toujours présente dans tout ce que fait le pays. En ce sens, la corruption pourrait poser un problème de crédibilité à la Bulgarie. Rappelons que le pays, tout comme la Roumanie, est toujours soumis au mécanisme de coopération et de vérification, qui est censé contrôler les réformes du judiciaire et les efforts dans la lutte contre la corruption. Le dernier rapport, publié en novembre, faisait toujours état de lacunes et de réformes beaucoup trop lentes.

    Dans sa dernière initiative anti-corruption, le Parlement bulgare s’est contenté de créer une nouvelle agence, sans lui accorder les pouvoirs nécessaires pour aboutir à des résultats concrets. Ce système de contrôle sur Sofia et Bucarest n’était censé durer que quelques années à l’adhésion des deux pays à l’UE en 2007. Dix ans plus tard, il est toujours en place et personne ne sait vraiment combien de temps il va encore exister.

    La réforme du système judiciaire traîne aussi les pieds depuis des années. Ce manque de progrès est d’ailleurs la raison pour laquelle la Bulgarie et la Roumanie ne font toujours pas partie de l’espace Schengen, même si elles remplissent toutes les conditions techniques.

    Un exemple d'intégration européenne ?

    La Bulgarie veut pourtant servir d’exemple d’intégration européenne aux Balkans occidentaux, qui veulent adhérer à l’UE. C’est une des « priorités » annoncées au cours des derniers mois. Cette volonté de devenir une sorte de pays pivot au niveau régional a été cimentée par un rapprochement avec la Macédoine. Les deux pays ont signé un accord de bon voisinage. Un pas en avant dans les relations bilatérales, souvent très tendues. L’Eglise orthodoxe macédonienne a par ailleurs demandé à être mise sous tutelle de l’Eglise orthodoxe bulgare pour avoir une certaine légitimité qui lui manquait.

    La Bulgarie veut donc être perçue comme un pays pragmatique, qui peut avancer sur des dossiers épineux, mais qui peut aussi avancer les dossiers d’adhésion des pays voisins et les remettre à l’ordre du jour européen. La politique migratoire, chère aux Balkans, fait également partie de cette liste de priorités de la présidence bulgare. Le gouvernement du Premier ministre Boïko Borissov porte une attention particulière à la Turquie, en y déportant des dissidents politiques, par exemple.

    Silence sur les relations avec Moscou et Ankara

    Officiellement, ses relations avec la Turquie et la Russie ne figurent nulle part dans le programme. Il est pourtant difficile d’imaginer que ces deux puissances, qui sont d’ailleurs très influentes sur les Balkans, restent absentes des débats. Le Premier ministre Borissov a d’ailleurs appelé à une normalisation des relations entre l’UE et la Turquie. Pour y arriver, il propose de mettre fin à « l’hypocrisie » de son adhésion européenne. Au lieu de ça, il propose un partenariat privilégié.

    La Russie, elle, reste encore plus en coulisses. Récemment, la ministre chargée de la présidence de l’UE, Liliana Pavlova, a laissé entendre que la levée des sanctions contre Moscou serait abordée. Comme beaucoup de pays d’Europe de l’Est, la Bulgarie est complètement dépendante de la Russie pour son pétrole, son gaz naturel et son combustible nucléaire.


    Sur le même sujet

    • Union européenne / Bulgarie

      La Bulgarie prend la présidence tournante de l'Union européenne

      En savoir plus

    • Bonjour l'Europe

      Bulgarie: une nouvelle loi anticorruption divise la classe politique

      En savoir plus

    • Bonjour l'Europe

      Armes et diplomatie : la Bulgarie fait son entrée dans les affaires du Golfe

      En savoir plus

    • Cinéma / Allemagne

      «Western», Valeska Grisebach envoie une pelleteuse allemande en Bulgarie

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.