GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
Lundi 22 Janvier
Aujourd'hui
Mercredi 24 Janvier
Jeudi 25 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Carrefour: 2400 suppressions de postes via un plan de départs volontaires (groupe)
    • Un séisme de magnitude 6,4 a secoué Jakarta (agence gouvernementale)
    • Japon: un mort après une éruption volcanique (secouriste)

    Le nouvel aéroport de l'île de Sainte-Hélène met fin à l'exil d'une terre

    Des passagers à l'entrée de l'aéroport de l'île de Sainte-Hélène. AFP/Gianluigi Guercia

    Mi-octobre, la petite île de Sainte-Hélène a inauguré son nouvel aéroport. Une révolution pour l’île, jusque-là accessible uniquement par bateau toutes les trois semaines. Mais le projet a pris énormément de retard et a coûté très cher, avec 318 millions d’euros ! Pire encore, les autorités qui promettaient 10 000 touristes par an à Sainte-Hélène ont revu leurs estimations à la baisse. Ils ne seront finalement que 2 000 à 5 000 par an. Pourtant, la construction du nouvel aéroport a fait souffler un vent d’entrepreneuriat sur l’île qui dépend complètement des subventions britanniques.

    Une petite exploitation agricole est nichée au creux d’une des vallées de l’île de Sainte-Hélène. Cinq serres protègent les plants de tomates hors sol et les salades produites par Martin Joshua. Ces cultures peuvent paraitre modestes, mais l’homme est le plus gros producteur de légumes de l’île. « Il y a des gens qui cultivent des pommes de terre et des oignons sur l’île. Mais le problème, c’est qu’il n’y a pas une production continue », déplore Martin. « Soit tout le monde a quelque chose en même temps, soit il n’y a rien du tout. Et bien sûr, ça pose un problème aux magasins. Les fermiers ici se plaignent des importations, mais on doit passer les commandes trois mois à l’avance. »

    Martin Joshua a appris la culture hydroponique sur YouTube avant de recevoir un financement du Royaume-Uni pour ses serres. « Notre projet initial c’était vraiment de produire des légumes pour les 4 500 habitants de l’île », explique-t-il. « Mais oui, indirectement, l’aéroport va avoir un impact. Il faudra plus de nourriture, donc ça va augmenter la demande. »

    Transformer l’économie locale

    À Jamestown, la seule ville de Sainte-Hélène, la directrice de l’Office du tourisme assure que l’aéroport peut transformer l’économie locale. « C’est un cercle vertueux. Nous allons avoir plus de visiteurs, donc les restaurants et les hôtels vont avoir plus de clients, il faudra plus d’infrastructures. » Puis d’ajouter qu’« il faudra produire des légumes, pêcher, construire. Cela va pousser toute l’économie à Sainte-Hélène », assure-t-elle.

    D’autres auto-entrepreneurs se sont laissés tenter par les promesses des autorités, qui comptent sur le tourisme pour accélérer le développement de l’île, dont l’économie est nourrie par les subventions britanniques.

    Un investissement pas encore rentabilisé

    Quand le projet d’aéroport a vu le jour il y a une dizaine d’années, Paul Hickling a décidé d’ouvrir sa distillerie « la plus isolée au monde ». Mais aujourd’hui, il est loin d’avoir rentabilisé son investissement. « Le gouvernement nous a dit : "investissez, parce que l’aéroport arrive», se souvient Paul Hickling. « Moi j’ai eu l’idée de faire fabriquer des bouteilles-souvenirs spéciales. C’était une bonne idée, mais très coûteuse. Les bouteilles étaient fabriquées en Italie, puis elles ont été envoyées par bateau, en Grande-Bretagne puis ici. Cela m’a couté plus de 100 000 euros juste pour les bouteilles vides. Ce n’était pas un très bon investissement. »

    Pourtant, il reconnaît que la construction de l’aéroport a donné un coup de fouet à l’économie locale. « C’est vrai que ce chantier a été bénéfique pour l’économie. Tout le monde avait du travail, il n’y avait plus de chômage sur l’île. Et il y avait donc de l’argent dans tous les foyers. »

    Un service de taxi a également vu le jour sur l’île de Sainte-Hélène pour transporter les futurs touristes. Mais ce sont d’abord les habitants de l’île qui en ont profité pour sortir le soir.


    Sur le même sujet

    • Afrique Économie

      Les fonds d'investissement aiment l'Afrique

      En savoir plus

    • Afrique Économie

      Le Mali à la recherche de financements pour le développement des régions du Nord

      En savoir plus

    • Afrique Économie

      Développement inégal du tourisme dans les îles africaines de l’océan Indien

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.